Harry Potter et les reliques de la mort

81nk9iqjlvlAuteur: J.K. Rowling

Edition: Folio junior

Genre: Fantastique, jeunesse

Parution: 2011 (édition Folio)

Pages: 882

Description: Cette année, Harry a dix-sept ans et ne retourne pas à Poudlard. Avec Ron et Hermione, il se consacre à la dernière mission confiée par Dumbledore. Mais le Seigneur des Ténèbres règne en maître. Traqués, les trois fidèles amis sont contraints et la clandestinité. D’épreuves en révélations, le courage les choix et les sacrifices de Harry seront déterminants dans la lutte contre les forces du Mal.

Lire la chronique du tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5, tome 6

Ça y est! Je peux enfin le dire et même l’écrire: J’ai lu Harry Potter! Au bout de 6 mois, j’ai bouclé les sept tomes de la saga si célèbre. Avant de d’écrire quelques mots de conclusion, je vais d’abord vous donner mon avis sur ce septième tome.

Il s’avère que ce n’est pas mon préféré. Tout d’abord car JK Rowling nous perturbe complètement. L’histoire ne se passe pas à Poudlard, les personnages sont en fuite et nous suivons, pour la plus grande partie, exclusivement Harry, Ron et Hermione. De plus, cet ultime tome est bien plus sombre que les autres. Nous pouvons observer une vraie évolution de l’histoire, de l’écriture et des personnages tout au long de la saga, ce qui est très agréable.

J’ai trouvé ce dernier tome un peu long à démarrer. En fait, les parties où les trois amis sont en fuite, dans la tente, pour chercher les Horcruxes ne m’a pas forcément passionnées. En revanche, l’auteur a vraiment réussi à faire ressentir aux lecteurs cette sensation de total isolement par rapport au monde des sorciers. Si bien qu’au moment où nous pouvons écouter Potterveille, c’est une vraie sensation de fraîcheur et de soulagement qui nous envahit. j’ai ressenti la même chose quand nous retrouvons enfin tous les personnages de la saga qui viennent en aide à Harry, j’ai adoré ce passage.

Mais venons en à un point important: Rogue. Plusieurs personnes m’avaient prévenu après ma haine contre ce personnage à la fin du tome 6 (mais plus globalement, dans tous les tomes). Antipathique, cruel, injuste et ayant tué vous savez qui à la fin du tome 6, j’étais persuadé que non, malgré les révélations qui sont faites dans ce tome, je ne changerais pas d’avis à propos de Rogue! Bon… voici l’heure du bilan… Je reste campé sur le fait que c’est un personnage assez méchant et insupportable MAIS je pense… qu’il aurait pu être bien meilleur s’il n’avait pas fait les mauvais choix et avait été dans un autre foyer durant son enfance. Je ne peux pas proposer mieux.

Finalement je suis assez soulagée de connaitre pour de bon le dénouement de cette histoire. C’est une saga que je conseille à tout le monde, même si vous avez vu les films, comme ça a été le cas pour moi. Les films (en tout cas à partir du 4ème opus) ne sont que des « résumés » des livres. Il n’ont pas réussi à représenter la complexité de l’univers merveilleux de JK Rowling et son écriture vaut le détour. Et je reste d’ailleurs sur l’idée que mon tome préféré est le cinquième alors qu’avant ma lecture, je pensais qu’il allait s’agir du tome que j’aimerais le moins.

Note: 7.5/10

Library jumpers, T2: La gardienne des mensonges

51bpors7c1l-_sx309_bo1204203200_Auteur: Brenda Drake

Edition: Lumen

Genre: Fantastique, romance, young-adult

Parution: 2017

Pages: 474

Description: Quand le Conseil des mages envoie Gia dans une petite ville du Connecticut, elle croit d’abord que vivre sous protection avec sa famille, ses amis – et, en bonus, Arik en personne – ne devrait pas s’avérer trop désagréable. Mais la déception ne tarde pas : non seulement son meilleur ami, Nick, a du mal à contrôler de tout nouveaux pouvoirs plus qu’inquiétants mais, en plus, Gia est contrainte de vivre sous le même toit que Deidre, sa jumelle en apparence, avec qui elle ne s’entend pas du tout… Sans compter qu’Arik semble s’intéresser d’un peu trop près à l’une de leurs jeunes voisines !

Bien décidée à retrouver les Chiavi manquantes – ces clés magiques qui sont leur seul espoir –, la jeune Sentinelle, accompagnée de Nick, visite en secret certaines des plus belles bibliothèques de la planète. Mais le sort s’acharne : elle déclenche au détour d’un couloir sombre un piège qui l’expédie vers une bien mystérieuse destination. Pour retrouver les siens, Gia va être contrainte de faire un sacrifice, un choix terrible qui lui coûtera un être cher.

Lire la chronique du tome 1

Je me suis enfin attelée au deuxième tome de la saga Library Jumpers. Alors… Il y a de bonnes choses et il y a de moins bonnes choses. Je commence par le positif et je nuancerai par la suite. J’ai passé un bon moment en lisant ce livre, la quête des Chiavi continue et Gia voit son cœur déchiré entre Arik et Bastien (c’est un point positif pour moi car j’adore les triangles amoureux). L’écriture est plutôt fluide et se lit assez vite.

Malheureusement j’ai trouvé que ce tome, à l’instar du premier, manquait encore un peu de profondeur. Dans un premier temps, je dirais qu’il a mis trop de temps à démarrer. Il nous faut plus de 150 pages avant d’être enfin ancrés dans l’action. Puis s’en suit un enchaînement de scènes d’actions et de scènes plus calmes. J’ai eu une impression de manque de fluidité pendant ma lecture.

Pour en revenir au triangle amoureux, j’ai trouvé que Brenda Drake l’a étrangement amené. Pour moi tout l’intérêt de cette situation est que les deux hommes sont amenés à « se battre » pour conquérir la belle demoiselle dont le cœur balance douloureusement. Or, ici, Gia va d’abord être à 100% (ou presque, je dirais… 93%) avec Arik et suite à un véritable drame, va se réfugier doucement dans les bras de Bastien (et elle aura bien raison!). Mais la confrontation n’arrive qu’à la fin du roman lors de la révélation d’Arik… et je vous avoue que pendant les 3/4 du livre j’étais team Bastien mais à la fin je me suis retrouvée aussi perdue que Gia… une vraie torture. Et même après avoir fini ma lecture, je ne sais toujours pas pour quelle team je suis finalement!! Sur ce point l’auteur a plutôt bien joué.

Je n’ai pas trop réussi à apprécié le personnage de Nick -pourtant essentiel dans le scénario, je le trouve sous-exploité- et je persiste à dire que le roman aurait gagné à être écrit à plusieurs voix et dans ce cas précis, j’aurais vraiment voulu avoir le point de vue de Nick. J’aurais voulu en savoir plus, le voir évoluer de plus près pour jauger par moi-même l’éventualité de son passage du côté obscur. D’après moi, cela aurait vraiment été la solution à ce problème de manque de profondeur que je perçois.

Pour le reste, je dirais que c’est une lecture divertissante qui reste agréable malgré un départ trop lent. J’espère que le tome 3 ne va pas trop se faire attendre (la date de sortie n’est toujours pas annoncée).

Note: 7.5/10

Harry Potter et le prince de sang-mêlé

91cy7-httvlAuteur: J.K. Rowling

Edition: Folio junior

Genre: Fantastique, jeunesse

Parution: 2011 (édition Folio)

Pages: 747

Description: Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l’entraîner ?

Lire les chroniques précédentes: tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, tome 5

Et voici l’avant-dernière chronique que je ferais sur la saga Harry Potter! Alors que dire que dire… Comme d’habitude, retrouver les personnages et les voir grandir m’a fait plaisir surtout par rapport à l’évolution de leurs sentiments les uns envers les autres! Moi qui me suis toujours demandé dans le film « Mais pourquoi Ron et Hermione puis Harry et Ginny?? ». Eh bien j’ai ma réponse et ce n’est pas si extraordinaire que ça, je dois dire. En revanche Bill et Fleur j’essaie toujours de comprendre…

Finalement je suis… un tout tout tout petit peu moins fan du 6 que du 5 (qui restera donc pour l’instant mon préféré). Pourquoi? Surtout à cause d’un sentiment en particulier: j’ai trouvé que JK Rowling avait légèrement surdosé son suspens. En effet, nous sommes face à énormément de mystères: la blessure de Dumbledore, la mission de Drago, l’identité du prince de sang mêlé, la finalité des cours Harry/Dumbledore et donc du souvenir de Slughorn. Et même si l’auteur arrive très bien à nous tenir en haleine, j’aurais aimé avoir de petits indices avant car, à force, j’en avais un peu marre de ne rien comprendre! Cependant j’ai trouvé toutes les révélations par rapport à Voldemort très intéressantes.

L’avantage avec ce livre là, c’est que je ne me souvenais vraiment pas du film donc j’étais à 100% dans la découverte sauf pour la mort du personnage (au cas où certains lecteurs de cette chronique n’aient toujours pas lu ni vu les Harry Potter je ne donne pas de nom mais tous les autres auront compris ^o^) à la fin. Et même si je m’y étais préparée, je dois dire que j’étais vraiment super triste parce qu’en plus je ne me souvenais plus de l’identité du meurtrier !! Et je dois vous dire que je n’étais pas contente du tout!!! Et en même temps entre l’événement de sa mort et son enterrement, je suis ressortie du tome 5 un peu triste et déprimée… D’ailleurs je sais (sans savoir du tout ce qu’il se passe) qu’un événement, ou plutôt une révélation est présente dans le tome 7 et pouf, tout le monde arrive à pardonner à ce maudit meurtrier. MOUAIS MOUAIS MOUAIS! Je demande à voir! En tout cas, la mort de ****** m’a beaucoup plus attristée que celle de Sirius.

Bref, je ne sais pas très bien comment je vais réagir à cet ultime tome qui ne se déroulera pas à Poudlard et qui laisse imaginer un rythme totalement différent. Je vous tiendrais au courant bien sûr !

Note : 8/10

La fille-sortilège

51z1CUTvvDL._SX210_Auteur: Marie Pavlenko

Edition: Folio SF

Genre: young-adult, fantasy

Parution: 2017 (version poche)

Pages: 430

Description:  La Cité des Six est une des plus puissantes Cités-États de l’Entre-Terre. Six Clans se la partagent et, grâce à la Magie, rien n’y manque.

Bannie, Érine vit chez les orklas, en marge de la ville. Elle subsiste en déterrant des cadavres sans savoir à quoi ils servent, ni à qui ils profitent.

Le jour où l’homme qui la paie disparaît, sa vie bascule. Entraînée malgré elle dans une histoire qui la dépasse, Érine va peu à peu découvrir le sombre secret que cache la Cité…

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Babelio et les éditions Folio pour l’envoi de ce roman dans le cadre de la Masse critique.

N’ayant jamais entendu parlé de ce roman, je n’avais aucune attente particulière avant de le lire. La quatrième de couverture m’a intriguée et j’aimais le concept des clans. Si je reprends ma lecture d’une manière chronologique, la fin est bien meilleure que le début. En effet, j’ai mis énormément de temps avant de vraiment apprécier cette histoire (presque 200 pages). J’ai trouvé le début trop lent et j’ai fini par vraiment m’immerger dès que j’ai enfin commencé à comprendre les enjeux de l’histoire. A partir du milieu du roman, nous commençons à découvrir quelques éléments de réponse et les révélations vont se faire crescendo jusqu’à la fin. J’ai trouvé cela très intéressant car on en apprend chaque fois un peu plus, ce qui nous donne envie de continuer.

J’ai trouvé le démarrage trop long même si l’auteur arrive à plutôt bien décrire son monde: les clans, les orklas. Cependant un point qui m’a déçue est la description des créatures. J’ai trouvé qu’elles étaient trop peu décrites et je n’ai presque jamais réussi à m’en figurer une précisément.

Au niveau des personnages, je dirais que je les ai plutôt appréciés. Erine est courageuse vu la vie qu’elle mène. Mais je pense que je me serais plus attachée à elle s’il y avait eu plus de retours sur Malcor. J’ai trouvé que Malcor, bien qu’étant un personnage n’intervenant pas directement, était très important dans le récit. Donc j’aurais voulu plus de passages sur des souvenirs, ou alors le faire intervenir dans le prologue, bref j’aurais souhaité une plus grande implication émotionnelle de la part d’Erine. Pour Arkadi, le pauvre garçon de la « friendzone », il reste tout de même assez sympathique et est attachant.

Finalement, la conclusion du roman est intéressante et reste assez ouverte. On pourrait presque espérer une suite. Le seul bémol est que je n’ai pas trop accrochée aux scènes de batailles que j’ai parfois trouvé un peu trop longues (il faut dire que ce n’est pas les scènes que j’apprécient le plus de toute manière).

Globalement, c’est un livre que je suis contente d’avoir découvert grâce à Masse critique mais qui n’est pas forcément mon style préféré.

Note : 7/10

The curse

511YYMWvrkL._SX210_Auteur: Marie Rutkoski

Edition: Lumen

Genre: young-adult

Parution: 2017

Pages: 456

Description: Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à 17 ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Elle croit deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Après avoir vu cette couverture sublime, avoir fait dédicacer le livre et lu de très bons avis sur cet ouvrage j’étais impatiente de le découvrir. Malheureusement je n’ai pas été tout à fait convaincue par ce roman, à mon grand regret.

Tout d’abord je dirais que je ne m’attendais pas à ce type d’histoire (pour tout dire, je ne m’attendais à rien à ce niveau là, simplement une découverte). J’ai plutôt bien aimé l’univers créé par l’auteur : recréer un système d’esclavage en détaillant correctement les événements qui ont conduit à ce fonctionnement. En effet, les Valoriens ont fini par dominer militairement les Herranis qui sont alors devenus leurs esclaves.

Nous suivons deux personnages : Arin l’esclave et Kestrel la valorienne. Leur relation va évoluer au fur et à mesure tout comme la situation politique dans laquelle l’histoire se place. Niveau personnages… Arin m’a bien plu j’ai bien aimé la complexité de ses émotions surtout en deuxième partie. J’ai vraiment senti cette tension présente, son hésitation à privilégier ses sentiments propres ou son devoir envers le peuple herranis. J’ai eu un peu plus de mal avec Kestrel. Je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à elle. Je crois que je n’étais pas d’accord avec certains de ses choix ou alors peut-être que le fait qu’elle nie ses sentiments pour Arin m’a agacé…

Finalement ce qui m’a le plus déplu est surtout le démarrage de l’histoire qui a été beaucoup trop long à mon goût. Je crois que cela m’a empêché tout au long de l’histoire de profiter pleinement de ce roman et de me sentir enfin rentrer dans l’histoire. Pourtant le dénouement trouvé par l’auteur est intéressant et m’intrigue pour la suite. A suivre…

Note : 6/10

Harry Potter et l’ordre du phénix

harry-potter-tome-5-harry-potter-et-l-ordre-du-phenixAuteur: J.K. Rowling

Edition: Folio junior

Genre: Fantastique, jeunesse

Parution: 2011 (édition Folio)

Pages: 1031

Description: À quinze ans, Harry entre en cinquième année à Poudlard mais il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour. Le ministère de la Magie ne semble pas prendre cette menace au sérieux, contrairement à Dumbledore, le directeur du collège de Poudlard. La résistance s’organise alors autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours…

Lire les chroniques précédentes: tome 1, tome 2, tome 3, tome 4

Et voilà j’avance petit à petit dans ma lecture de cette saga et j’ai fini le tome qui est, il me semble, le plus gros: l’ordre du phénix. Avec ses 1031 pages je vous avoue que même à moi, grande lectrice, il m’a fait un peu peur. Et pourtant… pour l’instant c’est mon préféré! Etant donné que j’ai vu les films, les premiers livres ne m’ont malheureusement pas surpris. Je n’ai jamais vraiment eu de petits frissons de suspens pendant ma lecture car je connaissais les événements. Mais à partir du cinquième, entre le fait que je ne me souvenais plus vraiment du film et le fait qu’il est quand même assez mal adapté (énormément d’informations très importantes manquent à l’appel), j’ai pu découvrir plein de choses et ça m’a vraiment plu!

D’ailleurs une des choses que j’ai su dès le début et qui m’a fait très plaisir est la nomination d’Hermione et Ron comme préfets de Gryffondor (comment le film a pu omettre un tel événement?!?). Ce qui change d’ailleurs par rapport aux premiers tomes est le laps de temps entre le début du livre et l’arrivée à Poudlard. Il se passe dans ce tome beaucoup plus de choses dans cette période particulière car Harry va se trouver face à différentes difficultés. Puis quand ils arrivent enfin à Poudlard, un grand malheur s’abat: l’arrivée du professeur Ombrage. Alors, je savais que je n’allais pas la supporter… mais alors là! C’est pire que ce que j’aurais pu penser, elle est tellement injuste que j’ai failli arrêter définitivement ma lecture en plein milieu j’étais vraiment énervée par son comportement intolérable. Mais bon… j’ai fini par me décider à continuer quand même et je vous avoue que je suis quand même un peu déçue de sa punition qui me paraît bien trop légère.

Comme d’habitude nous allons suivre différentes intrigues pendant le roman: le commerce des frères Weasley, le grand n’importe quoi d’Ombrage, la relation Cho/Harry (la blague), le club de défense contre les forces du mal, les BUSE, les rêves d’Harry, le comportement bizarre de Dumbledore, le mystère autour d’Hagrid etc. Et même si ce tome fait plus de 1000 pages, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer. Dans les premières pages (environ la moitié), j’étais dans le même état d’esprit que pour la lecture des premiers tomes, mais passé ce stade je n’ai quasiment pas pu le lâcher. On voit passer les chapitres à une vitesse folle, on veut connaître la suite absolument et j’ai lu ce roman beaucoup plus vite que je n’aurais cru!

Finalement ça y est j’ai enfin eu ce que je recherchais dans les Harry Potter: cette addictivité! Pour l’instant il s’agît de mon tome préféré (alors que je pensais qu’il s’agirait du quatrième tome), plus que deux!

Note 10/10

coup de coeur

La faucheuse

la-faucheuse,-tome-1---futur-parfait-878048-264-432Auteur: Neal Shusterman

Edition: Robert Laffont

Genre: Young-adult, science-fiction, dystopie

Parution: 2017

Pages: 493

Description: MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement « glané » par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs. Et bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. 

La première fois que j’ai entendu parler de ce roman, je n’en ai vu que la couverture et elle ne m’a pas vraiment convaincue. Puis au fur et à mesure je voyais l’engouement autour de ce roman augmenter, j’ai donc décidé de jeter un coup d’œil à la quatrième de couverture, oh quelle erreur, il s’est presque aussitôt retrouvé dans ma PAL et je l’ai désormais dévoré.

Il s’avère que j’ai adoré cette lecture pour plusieurs raison. Le monde créé par Neal Shusterman m’a paru très cohérent. L’humanité a découvert le secret de l’immortalité. Il n’y a plus ni guerre, ni famine, ni maladie, on pourrait presque croire à un monde parfait. Cependant il y a un os: si personne ne meurt mais que des enfants naissent, la population va finir par être bien trop importante. La solution qui a été trouvée est de former une communauté de tueurs professionnels: les faucheurs. Ils vont devoir s’occuper de « glaner » aléatoirement et sans parti pris un certain nombre de personnes.

C’est à ce moment qu’arrivent nos deux personnages principaux: Citra et Rowan qui vont devenir contre leur gré (mais bonne nouvelle: seules les personnes qui ne veulent pas être faucheurs peuvent devenir faucheurs) les apprentis de Maître Faraday. Ils vont alors apprendre tous les arts de la mise à mort mais vont également développer toute la compassion dont ils ont besoin.

Bien entendu tout cela serait trop simple sans un peu d’action. La communauté des faucheurs ne comporte malheureusement pas que des gens bien attentionnés et certains n’ont ni compassion ni pitié. Les faucheurs vont alors devoir choisir leur camp. Je ne veux pas trop vous en dévoiler mais suite à une série de péripéties, Citra et Rowan vont devoir se séparer et continuer leur apprentissage chacun de leur côté.

Le roman est écrit à la troisième personne et alterne entre les chapitres avec le point de vue de Citra, ceux du point de vue de Rowan et à chaque fin de chapitre nous pouvons lire un extrait du carnet de bord d’un faucheur (Dame Curie notamment). Cela nous donne des indications sur la manière de penser de différents faucheurs et nous permet à nous, lecteur, de pouvoir prendre du recul et de réfléchir à l’opinion que nous avons de la situation.

L’histoire est aussi fascinante que cruelle. Les moments de glanages sont vraiment intéressants car nous arrivons clairement à faire la différence entre les glanages de Maître Faraday et ceux de Maître Goddard alors que le but final est le même : la mort. L’écriture est pleine de suspens, il y a toujours un élément imprévu qui va permettre à l’auteur de prendre une direction inattendue et de nous tenir en haleine. Il y a juste deux éléments que j’ai réussi à deviner avant de les lire: le sort de Faraday et en quoi consistait l’épreuve finale. Car effectivement, le roman va présenter au fur et à mesure de cette année d’apprentissage les trois conclaves des faucheurs pendant lesquels les apprentis passent à chaque fois une épreuve qui va déterminer s’ils pourront effectivement suivre cette voix.

J’ai bien aimé le système des robes et des patronymes historiques. L’auteur ne cache pas l’horreur des situations et pourtant tout se lit très bien. Les complots « politiques » sont très intéressants. J’ai également apprécié les personnages et notamment l’évolution de Rowan. Le film est en cour d’adaptation par les studios Universal et j’avoue être assez curieuse de voir comment cette oeuvre va pouvoir être adaptée.

En bref, un univers cruel et fascinant porté par une très jolie plume. A découvrir!

Note: 9.5/10

coup de coeur