Publié dans Coup de coeur, Dernières lectures, Fantastique / Fantasy, Jeunesse, Romance

Un palais d’épines et de roses

518yE-7GqlL._SX335_BO1,204,203,200_Auteur: Sarah J.Maas

Edition: La martinière jeunesse

Genre: Romance, fantasy

Parution: 2017

Pages: 521

Description: Partie chasser pour subvenir aux besoins de sa famille, Feyre, 19 ans, abat un loup. Sans le savoir, elle a tué un immortel, créature redoutée par les humains. Et les conséquences ne se font pas attendre. Un être terrifiant se présente chez elle et lui ordonne de la suivre à Prythian, le royaume des immortels. Là-bas, Feyre découvre que son ravisseur n’a rien d’un monstre. Tamlin, c’est son nom, est un puissant seigneur Fae. Chez lui, Feyre est traitée comme une princesse. Mais dans sa prison dorée, elle fait d’étranges découvertes et commence à se poser des questions.

C’est avec un grand plaisir et un petit pincement au cœur que j’écris cette chronique. Je me demande comment j’ai pu si longtemps passer à côté de cette pure pépite. Car je vous le dis directement: il s’agît d’un coup de cœur total.

Alors que je ne lui accordais que peu d’attention, je flânais sur Bookstagram où j’ai vu une lectrice dire que certains lecteurs comparaient cette histoire à La Belle et la Bête. Que n’avait-elle pas dit! Quelque minutes plus tard, je pars chercher le résumé de cette histoire qui m’intrigue et il ne me fallu guère plus de temps pour qu’il se retrouve dans ma PAL de l’été.

Il est vrai que j’ai trouvé de grosses ressemblances avec La Belle et la Bête dans certaines parties de l’intrigue et c’est une des choses qui m’a permis d’apprécier cette histoire. D’autant plus que l’essence même de ce conte que j’adore est terriblement bien respecté. Je parle de l’amour, savoir aimer au-delà des apparences de manière inconditionnelle. Mais bien que cette histoire se rapproche sur certains points du conte que nous connaissons tous, il y a quand même une immense part d’originalité.

Sarah J.Maas a créé un monde enchanteur qui m’a charmé. Sa manière de décrire les paysages est exquise, j’ai cru voyager dans son monde grâce à sa plume enivrante. Feyre, une humaine, va évoluer dans ce monde si beau et pourtant tellement cruel. Elle va devoir apprendre à vivre avec les Fae qu’elle considère au départ comme de simples monstres.

Pourtant, elle va apprendre à les connaitre. Plus particulièrement Tamlin et Lucien. Ai-je vraiment besoin de vous dire à quel point je suis tombée amoureuse? Mystérieux, terriblement beaux, un peu effrayants tout de même et finalement farouchement protecteurs malgré des manières un peu brutales, ils sont tout ce que j’aime. Autant Tamlin et son côté énigmatique que Lucien avec sa langue bien pendue et son insolence qui m’ont fait rire plus d’une fois. Ce sont, tout comme Feyre, des personnages forts au caractère tranché que nous aimons voir évoluer dans leurs relations au fil des pages.

Niveau scénario, j’ai tout autant adoré. Pendant la première partie du roman, l’auteure se plait à ne presque rien nous révéler. Nous sommes aussi perdus que Feyre, nous essayons de deviner ce qu’il peut bien se passer tout en appréhendant un monde dont nous ignorons tout. Mais au fur et à mesure de notre lecture les choses se clarifient, s’intensifient jusqu’à ce que le piège se referme et que nous ne puissions plus lâcher le livre avant de l’avoir fini.

Vous l’aurez compris, j’ai aimé ce livre en tout points et je pourrais en parler pendant des heures. C’est un coup de cœur infini dont j’ai hâte de connaitre la suite bien que je sache déjà qu’elle brisa sans aucun doute mon petit cœur. Une série à découvrir absolument!

Note: 10/10

coup de coeur

Publié dans Coup de coeur, Dernières lectures, Jeunesse, Romance

La fille sans passé

41HvheFgNGL._SX195_Auteur: Sarah Everett

Edition: Castelmore

Genre: Romance

Parution: 2018

Pages: 472

Description: Le souvenir d’un amour est à jamais gravé dans le cœur…Depuis qu’Addison a subi un accident, elle a des trous de mémoire et elle parle à un garçon qu’elle est la seule à voir. Est-elle en train de devenir folle ? Addison décide de s’inscrire à un programme médical qui est censé lui permettre de récupérer la mémoire. Mais rapidement, elle découvre que ce n’est pas sa première visite à la clinique : elle y est déjà venue pour effacer certains de ses souvenirs… Dont le souvenir d’un garçon. Qui est ce garçon ? Pourquoi l’a-t-elle effacé ? L’a-t-elle aimé ? Addison est prête à tout pour le retrouver et retrouver celle qu’elle a été…

J’ai lu ce livre dans le cadre de la masse critique Babelio. J’avoue que, même si je l’avais sélectionné car l’histoire m’intriguait, j’avais un certains nombres d’appréhensions vis-à-vis de ce roman. Déjà parce que l’effacement de la mémoire est un thème que je gère assez difficilement et parce que cela me faisait penser à la trilogie Effacée que j’ai moyennement aimé. Malgré cela, allez savoir pourquoi j’ai quand même voulu lui laisser une chance… Et grand bien m’en a fait!

Finalement cette histoire n’a absolument rien à voir avec Effacée. En fait ce n’est pas une dystopie du tout, c’est un roman contemporain. Addison va subir un accident de bus, rien de trop grave hormis… qu’elle commence à voir un garçon que personne d’autre ne voit! Qui est-ce? Pourquoi le voit-elle? La jeune fille va devoir répondre à ces questions qui l’emmèneront plus loin qu’elle ne l’aurait cru.

Le roman alterne deux types de narration. Celle d’avant l’accident et celle qui se passe après l’accident. Les deux s’imbriquent pour que nous découvrions des éléments essentiels à notre compréhension. J’ai beaucoup aimé la partie avant l’accident. L’histoire d’amour entre Zack et Addison est tendre, touchante, douce comme un petit bonbon. D’habitude les romances contemporaines adolescentes ce n’est clairement pas ma tasse de thé. Pourtant la plume de l’auteure m’a emporté. Sa manière d’écrire, de décrire les sentiments m’a rappelé des souvenirs et j’avais l’impression d’avoir vécu des choses qu’elle savait décrire à la perfection, comme si elle parlait de moi! C’est un peu flippant dit comme cela mais j’ai vraiment eu la sensation que l’auteure avait su capter les émotions de ses personnages mais au-delà, de ses lecteurs. 

En parallèle nous suivons la vie d’Addison dans le présent. Une vie trouble, triste, ternie par certains secrets que nous découvrons au fil des pages et qui vont s’accorder avec les chapitres du passé. Ce livre traite vraiment de questions que l’on ne se pose pas souvent (en tout cas pas de cette manière). Comment gérer les moments les plus tristes et les plus durs de notre vie? Si nous avions la possibilité de les effacer, le ferions nous? Et si nous le faisions, ne perdrions nous pas une partie de nous-même? Finalement quand j’ai refermé ce livre, j’en ai conclu que les moments difficiles, même si nous aimerions ne jamais en avoir, font partie de notre vie, de notre construction et de notre personnalité. L’oubli n’avancerait à rien, il faut simplement apprendre à avancer avec les expériences positives et négatives qui nous ont construits.

Bref, une histoire d’amour qui m’a touchée grâce aux personnages attachants auxquels j’ai pu m’identifier. Une plume très fluide qui m’a parfois empêché de lâcher le livre et une histoire qui fait réfléchir. C’est un coup de cœur auquel je n’étais pas préparée et que je vous conseille sans hésiter.

Note: 9.5/10

Publié dans Dernières lectures, Romance, Science-fiction

Phobos T2

CVT_Phobos-T2_2317Auteur: Victor Dixen

Edition: Collection R

Genre: science-fiction, romance, young-adult

Parution: 2015

Pages: 490

Description: REPRISE DE LA CHAÎNE GENESIS DANS
3 SECONDES…
2 SECONDES…
1 SECONDE…
ILS CROYAIENT MAÎTRISER LEUR DESTIN.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.
ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS.
Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.
MÊME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE, IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

Lire la chronique du tome 1

Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome, je vous déconseille de lire cette chronique.

Voilà, j’ai à présent découvert le deuxième tome de la saga Phobos! Il se trouve que j’ai bien apprécié cette suite. Cette fois-ci, au revoir le voyage interstellaire, nous arrivons sur Mars. Les pionniers vont devoir jongler entre différentes choses: la télé-réalité toujours bien présente, leur quotidien sur cette nouvelle planète et bien sûr leur survie. Et pour cela, il va falloir comprendre ce qu’il s’est passé lors de la dernière grande tempête…

La nouveauté va également se trouver dans les couples. En effet les speed-dating sont terminés et les mariages vont être prononcés. Nous allons donc découvrir pendant ce tome la manière dont les couples s’accordent ainsi que certains traits de caractères inattendus.

D’après moi, le suspens fonctionne tout comme dans le premier tome. Entre les recherches au point de vue de Leonor, la manière dont Serena gère le show et l’aide apportée par Andrew, tout se combine afin que nous puissions avoir une vue d’ensemble sur les événements. Nous sommes omniscients et je pense qu’il s’agit de la meilleure solution pour mener cette histoire!

Dans ce tome sont également faites certaines révélations, notamment à propos de Marcus mais je ne vous dirais rien! La seule chose que je regrette un petit peu c’est que Mozart n’apparaisse pas assez, tout comme beaucoup d’autres personnages. Le récit est principalement centré sur Leonor et Marcus. Souvent viennent s’ajouter Kris et Alexeï mais je trouve que les autres, notamment Samson et Safia, sont vraiment en retrait. J’aimerais bien avoir plus d’équilibre dans les personnages.

J’ai trouvé que dans les dernières pages avec la « mini » tempête, la tension augmentait. D’autant plus que Victor Dixen n’apporte pas de réponse… Pour ma part j’ai ma propre hypothèse et j’espère que j’a raison car cela permettrait une intrigue vraiment nouvelle pour le troisième tome: des extra-terrestres! Je me trompe peut-être mais c’est ce qu’il me vient directement à la lecture de la fin du livre. Je suis pressée de lire le troisième tome pour savoir si mon hypothèse est juste! Mais malgré cette tension décuplée pendant la tempête, dans la deuxième partie du livre j’ai, pendant un tout petit moment, ressenti une longueur dans l’intrigue. Rien de méchant, ça n’a vraiment pas duré, mais je n’avais pas ressenti dans le premier tome.

En bref, un deuxième tome dont je suis très satisfaite et qui me rend très curieuse pour la suite!

Note: 8.5/10 

Publié dans Dernières lectures, Jeunesse, Romance, Science-fiction

Phobos T1

CVT_Phobos-tome-1--Les-ephemeres_9597Auteur: Victor Dixen

Edition: Collection R

Genre: science-fiction, romance, young-adult

Parution: 2015

Pages: 433

Description: Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

Avant de vous proposer cette chronique et de lire ce livre, il y a eu un véritable cheminement. Tout d’abord j’avais lu le roman Animale du même auteur qui ne m’a absolument pas plus. L’écriture était lente et je m’y étais ennuyée. Est alors arrivé à ma connaissance le titre Phobos. Dans un premier temps totalement attirée par sa quatrième de couverture, je découvre son auteur et cela m’a refroidie. Au fur et à mesure, j’ai pu découvrir des avis coups de cœur mais également des avis totalement opposés. Finalement je l’ai acheté sur un coup de tête et je l’ai laissé traîné dans ma bibliothèque, en proie à la solitude. Jusqu’au jour où j’ai eu une envie irrépressible de m’y plonger une fois pour toute, ne serait-ce que par curiosité. A ce moment là, je partais presque défaitiste, je ne savais absolument pas si j’allais pouvoir apprécier.

Mais trêve de suspens! Je vous annonce que j’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture! Contrairement à Animale j’ai trouvé l’écriture fluide et dynamique, et jamais je ne me suis ennuyée. Et cela grâce aux différents points de vue de l’histoire. Celui d’Eleonor, la candidate Française au programme Genesis. Celui de la salle de contrôle avec en premier plan Serena McBee et enfin un point de vue totalement extérieur d’Andrew Fisher qui nous permet de suivre l’enquête.

Victor Dixen nous plonge dans un triple genre. Tout d’abord la science-fiction, clairement affichée avec la conquête de Mars et le voyage spatial. J’ai vraiment beaucoup aimé cet aspect, le début nous plonge dans la mise à feu et par la suite nous sommes immergés au cœur du voyage spatial.

Il y a également un aspect romance. Evidemment puisque le but est tout de même de former des couples grâce aux speed-dating retransmis en direct. Bien qu’au début je pouvais trouver ces speed-dating un peu gênants à lire, au fur et à mesure les liens se tissent et s’approfondissent ce qui permet une amélioration de ma sensation à la lecture. Et bien entendu, en tant que lecteur ou lectrice, nous avons nous-mêmes nos chouchous et je vous donnerai ma liste de cœur à la fin de la chronique!

Et avec tout cela nous avons un aspect thriller. Malheureusement tout ne va pas se passer comme prévu car la production cache un terrible secret. Et plus nous tournons les pages, plus l’auteur attise notre curiosité. C’est à mon avis cet aspect là qui m’a rendue la lecture addictive.

Je ne veux pas trop en dévoiler car je pense qu’il y a certaines choses qu’il est très agréable de découvrir par soi-même sans avoir eu d’indication. Dans tous les cas j’ai lu ce livre à la vitesse de la lumière ou presque grâce à son écriture fluide et à son scénario intense qui me donne très envie de lire la suite (que je lirais directement le mois prochain!). Qu’il s’agisse des aspects techniques ou sentimentaux, j’ai vraiment apprécié car chaque personnage possède sa personnalité propre.

En bref, un livre que j’ai dévoré et dont je vais bien entendu lire la suite! En espérant qu’elle soit à la hauteur!

Note: 9/10


Ma liste de cœur:

1.Mozart   2.Marcus   3.Alexeï   4.Samson   5.Tao   6.Kenji

Et vous quelle est la votre?

 

Publié dans Dernières lectures, Romance, Science-fiction

Entre 2 mondes

entre-2-mondes-774029-264-432Auteur: Stéphanie Lagalle

Edition: autoédition

Genre: romance, science-fiction

Parution: 2016

Pages: 138

Description: Illan vit sur la planète Hodrion. Le jour de ses dix-sept ans, la technologie nommée Destinée va lui désigner l’identité de sa moitié. Il n’y a pas de choix possible. Le visage qui apparaît sur l’écran est troublant, envoûtant, c’est Léna… une terrienne.

Me voici à la fin de ma lecture de Entre 2 mondes. Il faut savoir qu’il s’agît d’un service presse que j’ai choisi à partir d’une sélection. Il n’est pas dans mes habitudes de lire des livres auto-édités, c’est même une première. Et je vous avoue que je ne risque pas de recommencer souvent car ce roman m’a vraiment déplu, je vais tout vous expliquer dans cet article.

Je me suis lancée dans cette histoire car la description me plaisait: une machine qui trouve la moitié parfaite d’une personne et le tout sur une autre planète que la Terre. Je m’imaginais déjà une aventure dystopique ou un road-trip intergalactique mais nous en sommes à des années-lumière…

Je vais d’abord faire un point sur l’histoire: Illan vit sur la planète Hodrion, ses habitants sont bien plus avancés en technologie en comparaison avec ceux de la Terre. Une machine nommée Destinée trouve à chaque individu de 17ans sa parfaite moitié avec qu’il est censé s’accorder. A priori la machine n’a jamais tort mais pour la première fois elle va destiner un garçon (Illian donc) à une jeune fille d’une autre planète! La tuile quoi… Donc ce jeune homme décide en quelques pages d’aller retrouver cette fille qu’il ne connait pas -mais qu’il aime déjà- et 6h après, il se retrouve sur la Terre (loupé pour le road-trip intergalactique donc…). S’en suit une vie de lycéen et une routine de séduction pour se rapprocher de la fameuse Léna. Voilà voilà.

Donc… autant vous dire que je suis très déçue. Dans un premier temps, l’auteur ne prend pas le temps de nous immerger dans le monde d’Hodrion. Il y a quelques infos au début pour nous placer un minimum dans le contexte mais c’est tout. Illian part très rapidement sur la planète Terre. Ce manque est d’autant plus présent quand Illian arrive sur la Terre et qu’en plus il n’a presque aucune -voire aucune- difficulté à s’adapter au mode de vie humain. Par la suite il n’a aucun soucis pour séduire Léna. Finalement le plus gros défaut de cette histoire est qu’elle est invraisemblable! Tout est trop simple et se fait en un claquement de doigt grâce au Gego. Cet accessoire permet par exemple: de devenir invisible, localiser instantanément n’importe qui, trouver des solutions à tous les problèmes, s’habiller, commander des fleurs etc. Autrement dit, à chaque fois qu’Illian aurait pu se confronter à une difficulté, il fait appel à son gégo et pouf, tout est réglé… Et alors qu’il aurait pu éventuellement batailler avec Léna qui aurait pu être difficile à séduire eh bien elle l’adore dès le début: toujours aucune difficulté.

Alors que je commençais à m’ennuyer ferme, vers la moitié du récit il y a une péripétie qui m’a laissé froide car, encore une fois, c’est invraisemblable, j’ai même trouvé que c’était de pire en pire… D’autant plus qu’avant un bon moment on n’entend pas parler d’Hodrion alors qu’Illian est parti sans rien demander à personne et qu’on lui avait même déconseillé. Et alors que ses parents arrivent sur la terre je me suis dit: « Chouette! Une difficulté intéressante! Peut-être un Romeo et Juliette de l’espace? Ils vont l’empêcher de la voir, leur amour va être mis à l’épreuve peut-être? »… Non, Ilian leur explique tout et ils sont contents.

Donc… une vraie déception pour ce roman dont la base était bonne mais qui pour moi aurait pu être exploitée d’une bien meilleure façon: amour interdit, voyage stellaire difficile, problème politique entre la Terre et Hodrion, remise en cause du principe de la Destinée etc. Mais il ne s’agît là que d’une simple romance d’adolescents sauf que l’un de ces ados n’est pas terrien… voilà. Donc certes Illian et Léna finissent par être attachants mais entre les répliques pompeuses et les soucis que j’ai trouvé dans le texte comme des fautes d’orthographe, des tirets de dialogue alors qu’il n’y avait pas de dialogue etc (je précise que je l’ai lu en numérique) finalement je n’ai pas vraiment profité de cette lecture.

Note 2.5/10

Publié dans Dernières lectures, Romance

Orgueil et préjugés

1501-orgeuil-prejuges_orgAuteur: Jane Austen

Edition: Milady

Genre: Romance

Parution: 2015 (pour cette édition)

Pages: 524

Description: Issue d’une famille de la petite gentry anglaise, Elizabeth Bennet ne manque ni d humour ni de malice. Lors d’un bal, elle rencontre le hautain Mr Darcy, un des hommes les plus riches d Angleterre mais aussi l’un des plus orgueilleux, qu’elle méprise aussitôt. Après avoir mal jugé le charme de la jeune femme, il tombe amoureux d’elle et mènera une longue lutte intérieure entre ce que lui dictent son cœur et son rang. Comment réussiront-ils à vaincre leurs préjugés et à faire taire leur orgueil pour connaître l’amour ?

Me voilà de retour avec une nouvelle chronique littéraire et non des moindres: mon avis sur le si célèbre Orgueil et préjugés. Sans que je ne sache pourquoi, ces temps-ci je ne cessais d’entendre parler de ce roman (et aussi beaucoup de Mr Darcy). Ma curiosité m’a donc fait céder. Ainsi ai-je commencé à lire mon premier Jane Austen.

Par où commencer? Il faut dire que je me suis lancée dans cette histoire sans rien y connaître. Je savais que j’allais lire une romance mais rien d’autre. Au tout début j’ai eu du mal à différencier tous les personnages, notamment toutes les sœurs Bennet ainsi que leur position dans cette fratrie exclusivement féminine. Ensuite, après un certain temps de lecture j’ai commencé à me poser la question suivante: finalement quelle est l’intrigue de ce livre? J’ai réussi à apporter une réponse à cette question un peu trop tardivement à mon goût. Selon moi, le véritable intérêt de toutes ces péripéties est la relation entre Elizabeth et Mr Darcy qui, bien qu’ayant extrêmement mal commencée à cause de l’orgueil de monsieur et des préjugés de mademoiselle, va peu à peu réussir à se tisser malgré toutes les événements qui vont se dresser entre eux au fil des pages.

L’écriture est un peu plus difficile à lire par rapport à mes lectures habituelles. En effet, c’est un texte soutenu que nous livre Jane Austen. Mais ce qui a été le plus compliqué était de se replonger dans le contexte dans lequel elle a écrit son histoire et j’ai trouvé cela intéressant de me plonger dans une telle période. En revanche, beaucoup de lecteurs m’ont parlé des critiques faites par Jane Austen de la société de l’époque. Malheureusement je ne pense pas connaître assez la période pour m’être aperçue de tout. A vrai dire, le seul comportement qui m’a paru ouvertement satyrique est celui de l’insupportable et obséquieux Mr Collins. J’aurais bien aimé étudier ce roman plus en profondeur afin de pouvoir davantage lire entre les lignes. Pour en finir par rapport à l’écriture, je dirais avoir particulièrement apprécié les passages épistolaires. La lecture des lettres est, je trouve, très agréable et permet de faire avancer l’histoire.

Mais venons en à Mr Darcy. Les échos que j’ai pu en avoir me le décrivaient comme un homme presque irrésistible. Qu’elle n’a pas été ma surprise dans la première partie du roman quand j’ai pu rencontrer un personnage froid et hautain! Heureusement que l’histoire se développe plus favorablement et j’avoue qu’il finit par être bien adorable. La seul chose qui lui manque est un côté sexy, malheureusement Jane Austen n’aurait jamais pu écrire de telles choses! En tout cas, je reproche parfois à des auteurs de ne pas prendre le temps de développer les histoires d’amour mais en aucun cas je ne pourrais faire ce reproche à Jane Austen.

En résumé, je suis contente d’avoir enfin découvert cet univers et finalement chaque personnage arrive à se définir très clairement dans la tête du lecteur avec ses qualités et ses défauts. Et je dois dire que maintenant que j’ai terminé ce roman, ils vont tous un peu me manquer… Enfin, les aléas de la société nous sont clairement montrés et nous prouvent que la vie n’était pas si simple en ce temps là!

Note: 8/10

Publié dans Dernières lectures, Fantastique / Fantasy, Romance

Victorian Fantasy, T2: De velours et d’acier

victorian-fantasy,-tome-2---de-velours-et-d-acier-867363-264-432Auteur: Georgia Caldera

Edition: Pygmalion

Genre: Fantastique, romance

Parution: 2017

Pages: 803

Description: Dans les Bas-fonds de Néo-Londonia, Léopoldine se bat depuis des années pour survivre. Lorsque le groupe auquel elle appartient maltraite un enfant, elle décide de se rebeller, quitte à affronter la colère de la Guilde des Voleurs. Dorénavant, elle ne laissera plus rien ni personne lui barrer la route.

Augustin, lui, a toujours mené une existence fastueuse et insouciante, résigné à subir en parallèle l’écrasante emprise de sa mère, la Reine Victoria au règne sans fin. Mais il tombe de haut quand, pour la première fois, il refuse de se conformer à ses plans aussi tortueux que mystérieux. Car, s’il est un prince dont la fonction n’est que titre, c’est lui. Le jeune homme devra résister et fuir pour s’affranchir du joug de la souveraine et embrasser sa destinée.

Lire la chronique du tome 1

Me voilà de retour avec le deuxième tome de la saga Victorian Fantasy! Et je dois dire que j’ai passé un vrai bon moment avec cette lecture. Il se trouve que ce tome est totalement différent du premier, sachant que nous suivons deux personnages différents: Augustin -le prince que nous avons pu croiser dans le premier tome- et Leopoldine, tout nouveau personnage. Ce que j’ai adoré, c’est que nous appréhendons Augustin totalement différemment dans ce tome. Nous en apprenons plus sur son passé, son caractère, sur ce qu’il est en réalité et je l’ai totalement adoré d’un bout à l’autre du roman. Je pense qu’il est mon personnage coup de cœur dans ce tome. Quant à Leopoldine, c’est un personnage tout à fait original aux particularités inattendues.

Un des points forts du roman est la densité de l’histoire. Georgia Caldera sait poser sa situation et prend son temps pour tout bien amener au bon moment. Et c’est la même chose pour la relation Augustin/Leopoldine qui évolue tout doucement à un rythme cohérent. Je suis vraiment contente que l’auteure ait réussi à ne pas aller trop vite.

J’ai également apprécié l’évolution des deux personnages au fil des pages. Elle est réellement phénoménale. Les personnages grandissent, se découvrent, évoluent sur tous les plans possibles. Et je pense que c’est aussi pour cela que nous arrivons à nous y attacher sans difficultés.

Il y a seulement une chose qui m’a embêté: j’aurais voulu plus de liens avec le premier tome. En effet, nous apercevons Andraste et Thadeus seulement dans les toutes dernières pages. Certes, ils ont un rôle clé dans la partie du roman dans laquelle ils interviennent mais ils sont tout de même trop peu présents dans l’ensemble du roman, à mon sens.

Enfin, je suis un peu embêtée à l’heure où j’écris cette chronique car, pour l’instant, un tome 3 n’est toujours pas annoncé alors que je veux absolument connaître la suite de cette histoire qui mérite d’être une fois pour toute terminée, et permettre que les deux premiers tomes soient reliés en bonne et due forme!

Dans tous les cas, c’est un roman -et une saga- que je vous conseille. Des personnages attachants et sexys ainsi qu’une plume extrêmement agréable qui permet de nous emmener dans d’incroyables aventures!

Note: 9/10

Publié dans Dernières lectures, Jeunesse, Romance

Forever Young

Résultat de recherche d'images pour "forever young livre"Auteur: Charlotte Orcival

Edition: auto-édition par Amazon

Genre: Young-adult, romance

Parution: 2015

Pages: 287

Description: En 1984, l’été de ses treize ans, Anna, la petite parisienne aux origines polono-ardéchoise, voit sa vie transformée. Premièrement, elle entre dans la phase mythique de l’adolescence et peut enfin espérer qu’une vie plus vivante ne commence. Deuxièmement, sa famille la déracine de son Paris d’enfance pour une Bretagne aussi exotique qu’hostile avec comme handicap supplémentaire de faire sa rentrée dans un collège où sa propre mère officie en tant que prof de maths. L’horreur. 
Mais bientôt, Anna tourne cette nouvelle vie à son avantage et découvre ce que ça veut dire vraiment d’être adolescente. Et Anna va nous le rappeler, page après page. Voilà donc l’histoire de Anna et avec elle, de toutes les premières fois du monde qui, comme nous le savons tous, sont sans retour. Sauf que justement, au moment où nous les vivons, nous ne le savons pas encore, qu’elles seront sans retour… 

Je vous présente aujourd’hui une lecture un peu spéciale qui m’a été offerte et que j’ai lu sous format numérique. Tout d’abord, je voudrais prévenir qu’il ne faut pas forcément vous fier à mon unique avis quant à ce livre car malheureusement il s’agît d’un genre que je n’apprécie que très peu voire pas du tout donc automatiquement… ma critique ne va pas contenir énormément d’arguments qui vous donneront envie de le lire mais je vais vous expliquer tout ça.

Moi qui adore et qui ne lis presque qu’exclusivement de la littérature de l’imaginaire, je me suis retrouvée face à un récit d’adolescence, assez ordinaire par rapport aux romans pleins de créatures fabuleuses que j’ai l’habitude de lire. Mais finalement ce livre m’aura fait prendre conscience d’une chose -ce que je trouve déjà très bien. En effet, je me demandais pourquoi les gens aimaient ce type d’histoire: ordinaire dans le sens où tout le monde vit plus au moins ce qui est décrit dans ce genre de récits. Mais justement j’ai cru comprendre: ce livre a pour effet inévitable de vous faire revivre votre adolescence, cela m’a paru comme une évidence. Chacun, il me semble, peut y retrouver un souvenir plus ou moins ressemblant dans son propre vécu. Et peut-être est-ce cela l’intérêt? Nous permettre de nous remémorer des souvenirs? Nous faire revivre certains moments de notre adolescence plus ou moins lointaine selon l’âge du lecteur?

Le hic… c’est qu’en plus de n’y trouver aucun soupçon de dragon ou autres éléments farfelus, cet effet de remémoration d’adolescence n’est pas forcément quelque chose que j’aime particulièrement. C’est pourquoi je pense que ce livre peut plaire soit à des lecteurs qui sont en plein dans cette tranche d’âge et qui peuvent à 100% s’y retrouver, à mon avis. Ou bien des lecteurs plus âgés dont le but est de se replonger dans cette période.

Passons maintenant au livre en soi. Je dirais tout d’abord que j’ai trouvé l’écriture plutôt fluide. En effet, le texte se lit tout de même assez vite. J’ai eu la sensation que les mots étaient ceux d’une adolescente relatés par une adulte, ce qui je pense était le but recherché. L’effet était intéressant et permettait ne pas tomber dans le simplisme comme j’ai pu le voir dans d’autres romans du genre. Cette écriture permet de donner aux personnages une dimension appréciable, les relations sont bien mises en place dès le début et leurs interactions m’ont semblé tout à fait crédibles. 

Mais concentrons nous sur le point d’orgue du roman: la relation Anna/Julien. Je vous avoue avoir eu beaucoup de mal… Ces allés-retours incessants entre « je t’aime bien »… « ah non, on se fait la tête »… « je te reparle »… « ah non, je sors avec une autre fille » etc etc etc m’ont tout simplement exaspérés et j’ai cru que j’allais abandonner ma lecture. Finalement je me suis accrochée et heureusement, leur relation finit par évoluer et la lecture m’a semblé plus agréable à partir de ce moment là.

Un autre point sur lequel j’aimerais attirer l’attention est l’année dans laquelle se déroule l’histoire: 1984. J’ai trouvé cette date intéressante car elle permettait à ce livre de se distinguer des quelques lectures de ce genre que j’ai pu faire. En effet, tout l’aspect sms et réseaux sociaux est, par le fait, inexistant. Cela amène, je pense, une fraîcheur et une certaine nostalgie à cette histoire. Et d’un autre côté, je pense aussi que c’est à cause de cette date que je ne suis pas totalement rentrée dans ce livre, ayant moi-même vécu mon adolescence plutôt dans les années 2000/2010. Mais cela démontre bien, à mon sens, que peu importe quelles technologies sont employées, les sentiments restent identiques et tout le monde sera un jour ou l’autre dans le même type de situation.

Finalement, je pense pouvoir dire qu’il s’agît d’un roman sympathique à lire pour l’été mais qui n’était pas du tout fait pour moi, ce qui explique pourquoi je ne l’ai pas apprécié.

Note: 4/10

 

 

Publié dans Dernières lectures, Fantastique / Fantasy, Jeunesse, Romance

Library jumpers, T2: La gardienne des mensonges

51bpors7c1l-_sx309_bo1204203200_Auteur: Brenda Drake

Edition: Lumen

Genre: Fantastique, romance, young-adult

Parution: 2017

Pages: 474

Description: Quand le Conseil des mages envoie Gia dans une petite ville du Connecticut, elle croit d’abord que vivre sous protection avec sa famille, ses amis – et, en bonus, Arik en personne – ne devrait pas s’avérer trop désagréable. Mais la déception ne tarde pas : non seulement son meilleur ami, Nick, a du mal à contrôler de tout nouveaux pouvoirs plus qu’inquiétants mais, en plus, Gia est contrainte de vivre sous le même toit que Deidre, sa jumelle en apparence, avec qui elle ne s’entend pas du tout… Sans compter qu’Arik semble s’intéresser d’un peu trop près à l’une de leurs jeunes voisines !

Bien décidée à retrouver les Chiavi manquantes – ces clés magiques qui sont leur seul espoir –, la jeune Sentinelle, accompagnée de Nick, visite en secret certaines des plus belles bibliothèques de la planète. Mais le sort s’acharne : elle déclenche au détour d’un couloir sombre un piège qui l’expédie vers une bien mystérieuse destination. Pour retrouver les siens, Gia va être contrainte de faire un sacrifice, un choix terrible qui lui coûtera un être cher.

Lire la chronique du tome 1

Je me suis enfin attelée au deuxième tome de la saga Library Jumpers. Alors… Il y a de bonnes choses et il y a de moins bonnes choses. Je commence par le positif et je nuancerai par la suite. J’ai passé un bon moment en lisant ce livre, la quête des Chiavi continue et Gia voit son cœur déchiré entre Arik et Bastien (c’est un point positif pour moi car j’adore les triangles amoureux). L’écriture est plutôt fluide et se lit assez vite.

Malheureusement j’ai trouvé que ce tome, à l’instar du premier, manquait encore un peu de profondeur. Dans un premier temps, je dirais qu’il a mis trop de temps à démarrer. Il nous faut plus de 150 pages avant d’être enfin ancrés dans l’action. Puis s’en suit un enchaînement de scènes d’actions et de scènes plus calmes. J’ai eu une impression de manque de fluidité pendant ma lecture.

Pour en revenir au triangle amoureux, j’ai trouvé que Brenda Drake l’a étrangement amené. Pour moi tout l’intérêt de cette situation est que les deux hommes sont amenés à « se battre » pour conquérir la belle demoiselle dont le cœur balance douloureusement. Or, ici, Gia va d’abord être à 100% (ou presque, je dirais… 93%) avec Arik et suite à un véritable drame, va se réfugier doucement dans les bras de Bastien (et elle aura bien raison!). Mais la confrontation n’arrive qu’à la fin du roman lors de la révélation d’Arik… et je vous avoue que pendant les 3/4 du livre j’étais team Bastien mais à la fin je me suis retrouvée aussi perdue que Gia… une vraie torture. Et même après avoir fini ma lecture, je ne sais toujours pas pour quelle team je suis finalement!! Sur ce point l’auteur a plutôt bien joué.

Je n’ai pas trop réussi à apprécié le personnage de Nick -pourtant essentiel dans le scénario, je le trouve sous-exploité- et je persiste à dire que le roman aurait gagné à être écrit à plusieurs voix et dans ce cas précis, j’aurais vraiment voulu avoir le point de vue de Nick. J’aurais voulu en savoir plus, le voir évoluer de plus près pour jauger par moi-même l’éventualité de son passage du côté obscur. D’après moi, cela aurait vraiment été la solution à ce problème de manque de profondeur que je perçois.

Pour le reste, je dirais que c’est une lecture divertissante qui reste agréable malgré un départ trop lent. J’espère que le tome 3 ne va pas trop se faire attendre (la date de sortie n’est toujours pas annoncée).

Note: 7.5/10

Publié dans Dernières lectures, Fantastique / Fantasy, Romance

L’histoire de la Bête

41hdzte0icL._SX258_BO1,204,203,200_Auteur: Serena Valentino

Edition: Hachette

Genre: Fantastique, romance

Parution: 2017

Pages: 190

Description: C’est une histoire vieille comme le monde : celle d’un prince cruel transformé en Bête.
Et celle d’une belle jeune fille qui surgit dans sa vie. Le monstre est métamorphosé par la compassion de la jeune fille et l’amour qu’il ressent pour elle.
Puis ils se marient et ont beaucoup d’enfants.
Mais comme pour chaque histoire, il y a plusieurs versions. Qu’importe ce que l’on a pu dire ou écrire, une seule question demeure : qu’est-ce qui a changé le prince en la Bête que l’on connaît ?
Voici l’une de ces histoires. Une histoire de bêtes, et, bien sûr, de belles.

Fan de La Belle et la Bête, je n’ai pas pu résister à me procurer L’histoire de la Bête. En plus d’être un très bel objet livre j’étais curieuse de voir comment cette histoire allait être menée. Pour tout vous dire, j‘ai dévoré ce petit roman comme un bonbon. J’ai pris mon dimanche et je l’ai lu presque sans m’arrêter. L’écriture est agréable et très fluide et nous replonge dans cette belle histoire sous un point de vue légèrement différent.

L’histoire commence alors que Belle est déjà au château mais rapidement nous plongeons dans les souvenirs du Prince, avant que la malédiction soit jetée. Gaston apparaît alors car il s’agît d’un ami d’enfance du Prince, ce que nous comprenons vite étant donné la description qui est faite du Prince. Puis au fur et à mesure, nous pouvons constater à quel point le Prince s’avère odieux, nous découvrons l’enchanteresse et (nouveauté:) ses trois sœurs qui m’ont fait penser aux Moires de la mythologie grecque et plus précisément du dessin animé Disney Hercule. En effet, ce livre fait référence en quelques petites touches à d’autres dessins animés Disney notamment Cendrillon et La petite sirène par exemple, ce que j’ai trouvé très sympa.

Ce qui est appréciable dans ce livre c’est qu’à la fois il peut prendre une certaine distance avec le film par rapport à la manière dont l’enchantement a été élaboré, il rajoute également un personnage important: la princesse Tulipe. Mais d’autre part il peut être tout à fait identique notamment dans certains dialogues. J’ai parfois eu l’impression de voir le film se dérouler sous mes yeux, ce que j’ai particulièrement aimé car j’avais l’occasion de le ressentir sous un autre angle.

Au final nous voguons entre les souvenirs de la Bête nous expliquant comment s’est déroulé le début de la malédiction puis l’histoire d’amour entre la Belle et la Bête jusqu’à la fin de l’histoire que nous connaissons. Tout cela est entrecoupé par la manipulation des trois sorcières qui veulent voir La Bête mourir.

Bref, je suis vraiment très contente d’avoir pu lire cette histoire et je la recommande sans hésiter à tous les fans de ce conte éternel.

Note : 9/10