Publié dans Coup de coeur, Dernières lectures, Science-fiction

Illuminae, T1: Dossier Alexander

51is0ikeIWL._SX332_BO1,204,203,200_Auteurs: Amie Kaufman et Jay Kristoff

Éditeur: Casterman

Genre: Science-fiction, thriller

Parution: 2016

Pages: 607

Description: En 2575, la planète de Kady Grant, 17 ans, et Ezra Mason, 18 ans, est attaquée par l’entreprise interstellaire Bei Tech. Lors de l’évacuation de population, Kady embarque sur l’Hypatie et Ezra sur l’Alexander, mais ils parviennent à garder contact en secret. Grâce à ses talents de hackeuse Kady découvre que l’état-major est impliqué dans cette affaire.

Hello à tous!

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de ma dernière lecture: Illuminae. J’avais vraiment hâte de lire ce roman mais je me le réservais pour l’été car c’est une sacré brique et je ne voulais pas prendre le risque de l’abîmer dans les transports.

C’est une expérience de lecture totalement originale qui nous est proposée. Un mélange inattendu d’illustrations, de messageries instantanées et de comptes rendus complets. Le tout avec une présentation tout aussi surprenante. Cet effet de messagerie qui revient très souvent dans le roman permet de lire ce livre à la vitesse de la lumière. Plus d’une fois je me suis dit « Allé encore quelques pages, ça va vite ». Et même s’il faut tout de même un petit temps d’adaptation pour s’habituer au format, à la présentation et parfois au langage sms qui n’est pas courant dans un roman, une fois qu’on s’y fait, c’est vraiment génial!

J’avoue que j’avais vu des avis très positifs sans pour autant m’être renseignée plus que cela sur l’histoire. Hormis le fait que cela allait se dérouler dans l’espace je ne savais pas grand chose. Et c’est avec un étonnement phénoménal que j’ai découvert ce qu’il se passait sur les différents vaisseaux. En fait, je n’ai pas envie de vous le dire car je voudrais préserver cette surprise si vous ne l’avez toujours pas lu. D’autant plus que si j’avais su de quoi il retournait j’aurais peut-être été un peu plus frileuse à le lire. Mais ce que je peux vous dire c’est que les sensations d’urgence et de danger sont là à 100%. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant à fond dans une histoire et il est très difficile de lâcher ce roman!

Par rapport aux personnages principaux, je les ai trouvé très attachants. Cette rupture qui prend place dans les premières pages renforce notre envie de les voir se rabibocher dans ces temps troublés. De les voir coopérer malgré tout car il y a tellement plus important… Et c’est d’ailleurs cette liaison entre les deux personnages qui va encore renforcer le suspens.

Bien que le livre puisse faire un peu peur de prime abord, j’ai trouvé que tout était très bien décrit. Et si jamais vous avez un petit peu de mal à suivre, il y a tout un lexique à la fin. Personnellement l’ayant découvert à la fin de ma lecture ça ne m’a pas servi mais ça résume bien tous les termes et acronymes si besoin!

En bref si je devais résumer ce livre en un mot ce serait: addictivité. C’est vraiment le ressenti que j’en garde et je suis pressée de découvrir ce que le tome 2 nous réserve! Je vous le conseille sans hésiter!

Note: 9/10

coup de coeur

Publié dans Dernières lectures, Jeunesse, Science-fiction

Cogito

Résultat de recherche d'images pour "cogito dixen"Auteur: Victor Dixen

Edition: Collection R

Genre: Science-fiction, young-adult

Parution: 2019

Pages: 538

Description: Un don du ciel… Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie….ou un pacte avec le diable ? Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour « améliorer » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ? Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société. L’ultime frontière sera notre cerveau.

Je suis ravie de vous partager aujourd’hui mon avis sur le dernier roman de Victor Dixen: Cogito. Après avoir lu Animale que je n’ai pas du tout aimé et la saga Phobos qui m’a fait apprécier la plume de Dixen, me revoilà avec ce one-shot de science-fiction.

Nous sommes directement plongés dans un monde où les robots et l’intelligence artificiels sont très évolués alors que le monde social n’a, lui, pas vraiment avancé. Il y a un paradoxe entre les progrès révolutionnaires apportés par les IA et tout le malheur social engendré en conséquence. Roxanne, le personnage principal de l’histoire, est une de ces victimes collatérales de la technologie. Ses parents ont été largement déclassés, sa mère est morte à cause de cela et aujourd’hui elle se retrouve dans une vie de misère alors même qu’elle doit passer son BAC (Brevet d’Accès aux Corporations) qui lui permettra éventuellement d’accéder à une vie meilleure.

« On ne devient pas un artiste d’un simple coup de baguette magique: c’est un fruit incertain d’une sensibilité unique et de beaucoup de travail. »

J’ai bien aimé ce personnage bien que je l’ai trouvé un peu trop agressive au début. Mais le plus intéressant est de suivre son évolution et ses prises de conscience tout au long de l’histoire. Roxane va arriver dans un stage de bachotage via la programmation neuronale où elle a été sélectionnée comme boursière. Un vrai paradis en apparence avec son lagon transparent et ses plages de sable fin. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu.

J’ai apprécié les personnages de cette histoire dont les relations sont très bien établies. Victor Dixen confirme le talent qu’il a de savoir gérer un groupe de personnages dans toute sa complexité sans nous perdre. Et en plus de cela, il traite dans ce roman un thème qui n’est pas simple. L’intelligence artificielle et toutes les questions qui en découlent: qu’est ce-que la conscience? Les machines pourraient-elles en développer une? Pourquoi? Comment permettre à la société d’évoluer en même temps que la technologie? Et au final… qu’est-ce qui fait de nous des humains pensants et conscients? Autant vous dire que ça n’est pas une mince affaire!

Pourtant Dixen arrive à nous faire comprendre des pensées comme celle de Descartes ou de Sartre avec une simplicité déconcertante en les appliquant à son histoire. Dans le même temps, il nous entraîne également dans le monde des contes d’une manière tout à fait inattendue et nous livre des références de science-fiction telles que I, Robot, Robocop ou Matrix. L’ancien et le moderne se mêlent pour finalement répondre à des questions similaires.

« Peu importe votre job, tôt ou tard, il y aura un robot pour le faire mieux que vous. »

Malgré tous ces sujets, le roman arrive totalement à nous divertir. Après le passage essentiel de mise en place de l’univers dans lequel l’auteur veut nous plonger, arrive la découverte du stage et de l’archipel (j’ai adoré les découvrir), l’arrivée de personnages tels que Faune qui est mon petit chouchou. Des personnages qui, d’ailleurs, vont chacun évoluer à leur manière. Un brin de romance dans un scénario de science-fiction qui se tourne, dans son dernier tiers, vers une course haletante et pleine d’action pour la survie de l’humanité! Si je vous vends pas du rêve avec ça…

Un détail: ce que j’ai trouvé assez impressionnant, c’est que malgré le fait que nous soyons mis en garde contre les potentiels dangers de la technologie, j’ai quand même réussi à me faire avoir. Quand le grand patron Damien, annonce une révolution 2.0 dans la programmation neuronale, les stagiaires vont avoir accès à une nouvelle possibilité (que je vous laisse découvrir). Et malgré tous les dangers que cela peut comporter… je dois bien avouer qu’il est vraiment tentant de se laisser aller à essayer! Comme quoi, il faut toujours rester sur ses gardes.

Pour finir (car à un moment il faut bien s’arrêter), je parlerai de l’objet livre superbe que nous a livré Collection R. En plus d’une couverture brillante et soignée, le livre est parsemé de cartes, de graphismes et de labyrinthe. Une vraie expérience visuelle et originale qui nous immerge plus encore dans cette histoire!

En bref, si je devais décrire ce livre en une expression je parlerais de « divertissement réflexif ». Une écriture fluide qui nous emporte dans des questionnements qui pourraient paraître difficiles de prime abord mais qui sont abordés avec facilité grâce à une histoire palpitante et des personnages forts.

Note: 9/10

Publié dans Dernières lectures, Dystopie, Science-fiction

Fahrenheit 451

product_9782070415731_195x320Auteur: Ray Bradbury

Edition: Folio SF

Genre: Science-fiction, anticipation

Parution: 1955 (1ère éd, 2016 pour la présente édition)

Pages: 236

Description: Montag est pompier, mais dans cette société futuriste, son rôle tient plus du censeur que du secouriste. Il est en effet interdit de posséder des livres et ceux-ci sont systématiquement brûlés. Il finit pourtant par en voler un et sa vie en sera bouleversée. A quoi serait-on exposé dans un monde où le loisir supplanterait toutes formes d’idées, où l’esprit critique n’existerait plus?

Hello à tous!

Je reviens aujourd’hui vous parler de ma lecture du classique de science-fiction et d’anticipation: Fahrenheit 451. Il a attendu un peu dans ma PAL mais j’ai fini par l’en sortir. Il fait partie de ces classiques que j’ai souhaité découvrir bien que le genre des « classiques » m’est souvent difficile à lire.

Cependant Fahrenheit 451 est un des premiers classiques que je découvre avec une écriture plus simple et plus fluide que les autres, surtout dans la syntaxe. En comparaison, j’avais eu davantage de difficultés à lire Le meilleur des mondes (écrit une vingtaine d’années plus tôt) à cause de tous les détails très scientifiques.

Pour autant je n’ai pas eu la sensation de tout saisir à 100% car Bradbury reste tout de même assez flou sur certains points mais je pense qu’il s’agit d’un parti pris. En effet, j’ai eu la sensation d’être aussi embrumée que les gens qui vivent dans cette société dystopique dans laquelle le libre arbitre, la lecture et la réflexion sont bannis. J’ai eu un peu de mal à me représenter « la famille » omniprésente sur les murs-écrans ainsi que les les coquillages qu’ils se mettent dans les oreilles. De plus, j’ai eu des difficultés à comprendre comment les gens pouvaient ignorer les bombardiers apparemment présents en permanence au-dessus de leurs têtes à cause d’une guerre imminente dont ils ignorent presque tout. Tout cela est vraiment très étrange!

L’histoire se déroule en trois phases, représentées par trois parties. La première est une partie « diagnostique », un avant pour Montag qui est pompier et dont le métier est de brûler les livres découverts par d’aimables délations entre voisins. Et si cela implique de brûler la maison au passage, tant pis! Il y a ensuite une douloureuse prise de conscience pour Montag, de la société dans laquelle il vit et de son injustice et au final il va essayer d’agir. Finalement il s’agit là du modèle classique de la dystopie que l’on connait aujourd’hui mais en un seul tome et en un laps de temps assez réduit!

Bien entendu ce livre est un véritable objet de réflexion sur ce qu’implique la littérature, la poésie, la lecture sous toutes ses formes. Et ce qui pourrait arriver si on l’interdisait. Le roman est également très avant-gardiste par rapport à l’omniprésence des écrans dans la vie des gens! Alors même que les citoyens possèdent une technologie qui n’est même pas encore en place en 2019 (Bradbury avait donc 64ans d’avance dans sa vision des écrans)! Cela rend ce roman particulièrement moderne et d’actualité. Il démontre, s’il en est encore besoin, que tout peut basculer très vite et qu’il ne faut jamais oublier que notre libre-arbitre et notre créativité sont nos plus grandes forces et qu’il ne faut jamais les abandonner au profit de l’oisiveté abusive et de la propagande.

En bref, malgré quelques point un peu flous que je compte éclaircir avec le visionnage de l’adaptation cinématographique, Fahrenheit 451 est un roman fort et toujours autant d’actualité qui défend des idées essentielles et dont je conseille la lecture à tous.

Note: 8/10

Publié dans Dernières lectures, Jeunesse, Science-fiction

Shatter

81h39aeH2LLAuteur: Aprilynne Pike

Edition: Dreamland

Genre: Science-fiction

Parution: 2018

Pages: 379

Description: À la cour de Versailles, c’est pouvoir, amour et rébellion… Pour fuir le château de Versailles, Danica Grayson s’était lancée dans le trafic d’une dangereuse substance, le « Glitter ». Un commerce très lucratif qui lui a permis de se payer son aller simple pour la liberté. Enfin, c’est ce qu’elle croyait… Trahie et toujours piégée dans sa cage dorée, Danica est désormais mariée au roi. Une position qui la met sous le feu de toutes les attentions, mais qui se révèle aussi dangereusement addictive. Car le pouvoir est une drogue à laquelle il est difficile de résister. Danica a le choix : va-t-elle tout faire pour s’enfuir ou succomber aux sirènes du pouvoir ?

Hello à tous!

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du deuxième (et à priori dernier) tome de cette saga dont le premier tome est Glitter. J’avais vraiment apprécié ce premier tome qui nous plonge dans un Versailles futuriste avec des robots et une intelligence artificielle tout en reprenant les mœurs et le style baroque.

Comme nous le découvrons dans les toutes dernières pages du premier tome, Danica n’a pas réussi à s’enfuir. Nous la retrouvons donc Reine de Versailles, toujours contrainte de vendre du Glitter aux courtisans. Plusieurs problèmes se posent alors. Tout d’abord s’enfuir, ensuite s’enfuir avec Saber ce qui suppose de le libérer de son esclavage. A cela s’ajoute le besoin de désintoxiquer en douceur les consommateurs de Glitter et en plus de cela contrôler l’influence sociale de Danica face à Lady Cyn, la maîtresse du Roi. Il n’est pas peu dire que tout cela ne va pas être du gâteau!

J’ai beaucoup apprécié ce deuxième tome. Danica n’est pas un personnage plat. Elle éprouve beaucoup d’émotions qui rentrent parfois en contradiction morale. Elle se prend malgré elle au jeu du pouvoir et c’est très intéressant à lire et à découvrir! La voir prendre de bons et de mauvais chemins tout en la comprenant. J’ai vraiment apprécié cette évolution. Saber représente ici la voie de la raison mais ne m’a pas passionné plus que ça contrairement à Lord Aron et au duc de Spencer dont j’ai vraiment aimé la relation, ils sont très attachants!

Un détail que j’ai également trouvé très chouette est la manière dont sont utilisées la vie et les répliques de Marie-Antoinette. Ces clins d’oeil m’ont charmés.

Mais c’est aussi une histoire sombre qui nous est livrée: drogue, profits, secrets et complots… Certaines révélations sont vraiment intéressantes et servent bien l’intrigue. Jusqu’au bout je me suis demandée si Danica allait finalement réussir à s’en sortir ou si elle basculerait du côté sombre du pouvoir. C’est une intrigue très bien menée de ce point de vue.

Le personnage du roi est odieux mais il fait partie de ces rares méchants que j’ai aimé détester. Lunatique, cruel et séducteur, il a de quoi nous déstabiliser! J’aurais presque tendance à dire que c’est un personnage masculin que j’ai davantage apprécié que Saber.

En bref, une écriture qui se lit toute seule, une intrigue bien ficelée et des personnages déroutants… tout cela pour nous mener à une fin ouverte qui met beaucoup de choses en relief…

Note: 8.5/10

Publié dans Dernières lectures, Jeunesse, Science-fiction

Warcross T2: La revanche

warcross-tome-2-wildcard-1153628-264-432Auteur: Marie Lu

Edition: Pocket jeunesse

Genre: Science-fiction, young-adult

Parution: 2019

Pages: 397

Description: Emika n’est pas sortie indemne du championnat Warcross. Déterminée à mettre fin aux sinistres projets d’Hideo Tanaka, son ancienne idole, elle s’unit aux Phoenix Riders. D’autant plus qu’une nouvelle menace s’insinue dans les rues de Tokyo : quelqu’un a mis la tête d’Emika à prix. Sa seule chance de survie est Zéro, celui qu’elle a traqué pendant des semaines pour Hideo ! Emika découvre bientôt que sa protection a un prix. Jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour détruire Hideo, l’homme pour lequel elle aurait sacrifié sa vie ?

Lire la chronique du tome 1

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de la suite et fin de Warcross! Comme vous le savez peut-être, j’avais adoré le premier tome et j’ai vu énormément d’avis positifs passer sur ce deuxième tome. Certains allant jusqu’à dire que cette suite dépassait le niveau du premier. Pour être tout à fait honnête, j’ai adoré ce deuxième tome cependant le premier reste mon préféré. Evidemment cet avis n’engage que moi.

Ma préférence s’est faite par rapport à l’immersion. Dès les premières pages du premier tome, j’ai été happée. Dans le deuxième j’ai mis un peu de temps à savoir où voulait précisément nous emmener Marie Lu. Cependant le dernier tiers est intense et palpitant. On ne sait plus où donner de la tête! Ce dynamisme plein d’action est un vrai point fort.

De plus, l’avantage indéniable de ce tome est d’approfondir énormément de choses. Le passé des personnages, les problématiques amenées dans le premier tome (sur-connexion, intelligence artificielle, libre arbitre etc). Tout à le temps de se développer. En revanche il m’a manqué une dose de Warcross. Ce que j’appréciais particulièrement dans le premier opus c’était la compétition, le jeu. Dans cette suite, cela est mis au second plan au profit d’autre chose.

L’écriture est très fluide ce qui permet une lecture aussi rapide et facile que dans le premier. C’est un vrai plaisir de retrouver ce monde qui a besoin d’être sauvé. De retrouver également les personnages. J’ai d’ailleurs eu un coup de cœur pour le couple (malgré les complications j’ai envie de le nommer comme ceci) Tremaine/Roshan. Bien que la relation Hideo/Emika me plaise également! J’aime cette ambiguïté: Emika qui a des sentiments alors même qu’elle n’est pas d’accord avec les convictions de celui qu’elle aime.

Et je voudrais terminer sur un point important: l’auteure nous offre une vraie conclusion. Amateurs des fins ouvertes, elle ne vous plaira sans doute pas autant qu’à moi. Cependant de mon point de vue c’est une fin cadrée, cohérente et qui me plait bien!

En bref, si ce n’est pas déjà fait, je vous encourage grandement à découvrir cette saga. L’action est au rendez-vous dans un univers de réalité virtuelle passionnant et qui sait faire la part des choses entre les apports positifs et négatifs de la technologie. Tout n’est pas bon à jeter loin de là, cependant il faut savoir l’utiliser avec modération et précaution. Une conclusion avec laquelle je suis 100% en accord!

Note: 9/10

 

Publié dans Coup de coeur, Dernières lectures, Jeunesse, Science-fiction

Phobos 4

51HUoTHt2VL._SX195_Auteur: Victor Dixen

Edition: Collection R

Genre: science-fiction, romance, young-adult

Parution: 2017

Pages: 650

Description: Ils sont les rescapés du programme Genesis. Exilés sur Mars, ils ont traversé un désert de solitude. De retour sur Terre, ils sont emportés par un tourbillon de célébrité.

Obsédée par des questions sans réponse, Léonor refuse les honneurs et les caméras. Le danger planant sur la planète bleue est-il vaincu pour toujours ? Les secrets hantant la planète rouge sont-ils enfouis à jamais ? Et si, d’un bout à l’autre du système solaire, tout pouvait basculer à nouveau ?

Lire la chronique du tome 1, tome 2, tome 3, Origines.

Ça y est, j’ai terminé la fameuse saga Phobos. Je connais le fin mot de cette histoire. Et je dois dire que ce tome ne nous laisse pas une seconde pour respirer! Pendant 650pages, les rebondissements sont nombreux, les problèmes bien présents et l’envie de tout voir se résoudre ne fait que croître. Ce dernier tome m’a fait réaliser que je m’étais vraiment attachée à ces personnages et que je souhaitais une happy end après tout ce qu’ils avaient vécu.

Mais rien ne va être simple une fois arrivé sur Terre. Les pionniers vont encore et toujours devoir se battre contre les écrans qui les ont tant menacés dans l’espace. Victor  Dixen s’est attribué ce combat avec force ce qui m’a donné des difficultés à lire certains passages. Non pas car ils étaient mal écrits ou invraisemblables mais car ils étaient si réalistes que cela m’énervait comme cela peut m’énerver dans la réalité. Je parle des passages de commentaires où tant de stupidité et de méchanceté peuvent être déversées. L’auteur a su reproduire cela avec une réalité surprenante. D’ailleurs je ne comprendrais jamais ce qui pousse ces gens à déverser autant d’innpetie sur Internet, mais bon.

« Internet devrait être un temple de l’intelligence, mais regarde ce que les gens en font trop souvent: un dépotoir de la bêtise. Le monde d’écrans qu’ils se sont bâti devrait refléter les merveilles éclatantes de la nature et de la pensée: il reflète surtout la noirceur des turpitudes humaines. »

On pourrait avoir peur que la multitude de personnages ainsi que leurs situations très différentes desserve à l’histoire mais c’est tout le contraire. Cette pluralité permet un sacré suspens et permet d’entrecroiser les destins qui sont tous liés d’une manière ou d’une autre. L’équilibre et l’ordre de focus sur les personnages est vraiment bien trouvé.

Sans spoil, je peux vous dire que la fin est incroyable. Aussi énervante qu’ultra-addictive, il est impossible de faire une pause pendant les 100 dernières pages où tout s’enchaîne à une vitesse phénoménale. Les révélations s’accumulent encore et encore et Victor Dixen a réussi à créer un effet d’attention planétaire autour de cela. J’ai plutôt apprécié cette fin bien qu’un mini tome bonus ne serait pas du luxe pour nous permettre d’avoir des nouvelles qui concluraient parfaitement la saga.

En bref, cette fois ci c’est la bonne, ce tome a été un coup de cœur pour clôturer la saga. Une saga que je vous conseille. Science-fiction, romance, thriller, c’est une lecture addictive qui vous emmène aux confins de l’espace. 

Note: 9.5/10

coup de coeur

Publié dans Dernières lectures, Dystopie, Jeunesse, Science-fiction

Gary Cook, T1: Le pont des Oubliés

CVT_Gary-Cook-tome-1--le-pont-des-oublies_9145Auteurs: Romain Quirot et Antoine Jaunin

Edition: Nathan

Genre: Science-fiction, young-adult

Parution: 2017

Pages: 388

Description: Gary Cook a grandi sous le pont des Oubliés, l’un des derniers refuges sur la Terre condamnée. A quinze ans, il passe la plupart de son temps avec Max et Elliott à bord du Neptune, leur modeste bateau de pêche. Les trois amis rêvent de prises fabuleuses et d’aventures.
Autour d’eux pourtant, le monde touche à sa fin. Chaque année, d’immenses navettes surgissent de la mer pour fuir dans l’espace. Des navettes auxquelles les Oubliés n’ont pas accès, jusqu’au jour où Gary apprend que, pour la première fois, l’équipage vainqueur de la terrible course fantôme gagnera sa place à bord de Deucalion III. S’ils veulent faire partie du voyage, nos trois héros vont devoir prendre tous les risques…

Je vous présente aujourd’hui mon avis à propos du premier tome de Gary Cook. J’ai découvert ce livre notamment grâce à Instagram et quand je l’ai vu d’occasion à Gibert Joseph, j’ai décidé de l’acheter. Il s’agît d’une livre de science-fiction post-apocalyptique. En effet, un immense déluge s’est abattu sur la Terre, à présent submergée par les eaux.

Gary survit sous un pont, comme la plupart des rescapés, dans la misère. Avec ses amis, il part quotidiennement à la pêche afin de trouver de quoi se nourrir et potentiellement revendre de la marchandise. Je ne m’attendais vraiment pas à un univers aussi sombre, et j’ai trouvé que la découverte de ce monde était un peu trop longue. Je pensais que l’enjeu de la course arriverait bien plus vite.

Le contexte est vraiment très particulier car il est en proie à la pauvreté, la maladie et à la mort. Heureusement viennent s’ajouter l’amitié et l’espoir de partir dans la navette Deucalion pour espérer vivre une vie meilleure. Mais le chemin est semé d’embûches et rien ne va être simple pour Gary. Je pense qu’il s’agît aussi d’un roman initiatique. Gary est loin du héro parfait. C’est un simple adolescent qui essaie de trouver sa place dans ce monde ravagé. L’évolution du personnage au fil des épreuves est bien construite.

Une des choses que j’ai trouvé appréciable c’est que malgré le fait que le livre se nomme Gary Cook, les points de vue sont quand même multiples. C’est comme cela que nous nous retrouvons en empathie avec des personnages qui paraissent détestables au premier abord. Ces subtilités sont intéressantes.

Finalement je suis relativement mitigée sur cette lecture alors que j’en avais entendu énormément de bien. En fait j’aurais voulu plus d’action, que l’enjeu de la course arrive plus rapidement, davantage de sensation d’urgence. Mais j’ai davantage apprécié la deuxième moitié du livre. On en apprend un petit peu plus sur les habitants des tours blanches mais j’aurais aimé que les choses soient encore plus développées. Nous sommes, à l’instar de Gary, laissés dans le flou.

Malgré tout, le tome deux s’annonce très différent et je suis curieuse de savoir comment les choses évolueront. Il ne sera peut-être pas dans mes priorités mais je pense que je finirais par le lire. D’autant plus que ce duo d’auteurs possède une plume vraiment très fluide qui se lit à grande vitesse.

En bref pas totalement séduite mais pourtant très intriguée par la suite à laquelle je laisserais une chance de me convaincre davantage. Un univers à découvrir malgré tout.

Note: 6.5/10

Publié dans Coup de coeur, Dernières lectures, Jeunesse, Science-fiction

Warcross

5159V+kF-BLAuteur: Marie Lu

Edition: Pocket jeunesse

Genre: Science-fiction, young-adult

Parution: 2018

Pages: 408

Description: La vie est dure pour Emika, 18 ans, criblée de dettes, et qui survit comme chasseuse de primes dans les entrailles de Manhattan. Aussi, bien décidée à fuir cette réalité, la jeune femme chausse ses lunettes connectées et plonge dans l’univers fantastique du jeu en réseau le plus incroyable jamais inventé : Warcross.
Mais quand elle pirate la finale du grand tournoi de l’année, elle est repérée par l’intrigant créateur du jeu : Hideo Tanaka, un jeune et beau génie dont les fans se comptent par millions. Emika sent pourtant que les intentions d’Hideo dépassent le cadre de Warcross et pourraient bien faire vaciller la frontière fragile entre réel et virtuel…

L’écriture de cette chronique n’était pas gagnée d’avance. En effet, depuis la sortie de ce livre, je passe devant en librairie sans lui montrer d’intérêt particulier. Le côté réalité virtuelle en lecture ne m’inspirait pas grand chose, je dois bien l’avouer. Puis, j’arrive au début de l’année dans un nouveau CDI. Warcross est là, m’attendant presque. Je me dis alors qu’il s’agit peut être de l’occasion de le lire, après tout c’est un emprunt, je ne risque pas grand chose.

Nous connaissons tous ces moments où un livre que l’on pensait adorer nous déçoit mais les moments où l’on attendait absolument rien d’un livre et que nous adorons finalement en sont d’autant plus délicieux! Car j’ai vraiment beaucoup aimé Warcross!! Alors même que la réalité virtuelle est ce qui me faisait le plus peur, j’ai tout simplement adoré! Les différents univers sont vraiment bien décrits et j’ai aimé les imaginer.

Par rapport aux personnages, je me suis tout de suite attachée à Emika. Dès le début nous sommes plongés dans son quotidien qui n’est pas très reluisant et nous avons envie que sa situation s’arrange. Son histoire m’a d’ailleurs troublé par son réalisme, on y croit vraiment. Et cela grâce à la plume et à l’imagination de Marie Lu. 

Le contexte du championnat m’a charmé au moins autant qu’Hideo. Ahhhh Hideo, quel gentleman, j’avoue ne pas avoir été insensible à son charme. Et savoir qu’il s’agissait de l’idole d’Emika faisait battre mon cœur encore plus fort. Le créateur du jeu va donc charger Emika d’une mission: retrouver Zero, un hacker malveillant. Pour cela la jeune fille va intégrer la plus grande compétition de Warcross! Les phases de jeu et d’entrainement sont haletantes et pleines d’action. Les passages romantiques sont touchants. Chaque ambiance est appréciable.

Tout cela pour nous guider jusqu’à une fin qui remet tout en question et qui annonce un deuxième tome tout à fait différent du premier. Qui apporte également des questions importantes. D’autant plus importantes car j’ai été dans le même état qu’Emika à la fin: je comprenais sans approuver pour autant.

En bref c’est un roman à découvrir absolument qui nous emmène très loin du monde réel par le biais de personnages attachants et courageux. Je ne sais pas si j’en suis arrivée au coup de cœur… peut-être un petit coup de cœur, sans doute? =)

Note: 10/10

Publié dans Dernières lectures, Dystopie, Jeunesse, Science-fiction

La nouvelle arche

51MSfV-hRIL._SX195_Auteur: Julie de Lestrange

Edition: Michel Lafon

Genre: Science-fiction, young-adult

Parution: 2018

Pages: 332

Description: Spécimen : enfant maintenu en gestation artificielle pendant quinze années. Donne naissance à un membre actif et productif de la Communauté.
Mathilde est l’une des premières. Aujourd’hui âgée de 20 ans, elle s’occupe des futures générations qui grandissent au Centre. Comme elle, ces spécimens n’auront pas d’enfance. Comme elle, ils naîtront, prêts à se battre, pour affronter l’ennemi invisible qui terrorise leur Communauté. 
Aussi, lorsqu’un mal étrange frappe certaines unités, Mathilde cherche à tout prix le moyen de les sauver. Et ce qu’elle découvre pourrait bien remettre en cause sa propre humanité. 
Mais peut-on être seule à changer le monde ? 
Désormais, elle n’a plus qu’une alternative : se taire. Ou combattre. 

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de La nouvelle arche, un roman pour lequel j’avais beaucoup d’attentes. Malheureusement je ressors de ma lecture plutôt mitigée.

Ce qui m’a le plus dérangé c’est que j’ai eu une sensation d’attente. J’attendais de comprendre où l’auteure voulait nous emmener, quelle allait être l’intrigue principale. En plus de cela, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages, notamment à Mathilde. Je l’ai trouvé froide voire insensible, j’aurais presque pu penser qu’il s’agissait d’un robot. Je me suis d’ailleurs posé une question à laquelle l’auteure ne répond malheureusement pas: est-ce que le fait de se développer plusieurs années en dehors d’un utérus naturel efface le lien avec les parents et le développement de l’empathie… je ne saurais dire.

Finalement pour résumer je pense que le problème vient du fait que ce premier tome fait trop figure d’introduction. Connaissant à présent la fin, je suis déçue car j’ai une sensation de trop peu. Je voulais en savoir plus alors qu’au final ce premier tome apporte bien trop peu de réponse en comparaison avec le nombre de questions qu’il génère ce que je trouve plutôt frustrant.

Tout cela étant dit ça n’a pas été une mauvaise lecture pour autant car la plume est assez fluide mais je trouve qu’il manquait d’action et de révélations. Je suis assez embêtée car je suis vraiment curieuse de connaître la suite, je veux savoir ce qu’il se passe de l’autre côté de la frontière mais je ne sais pas si ce premier tome me permettra de sauter le pas.

En résumé vous l’aurez compris, une lecture mi-figue, mi raisin.

Note: 5.5/10

Publié dans Dernières lectures, Jeunesse, Romance, Science-fiction

Phobos T3

51NDzo9FSpL._SX311_BO1,204,203,200_Auteur: Victor Dixen

Edition: Collection R

Genre: science-fiction, romance, young-adult

Parution: 2016

Pages: 620

Description: Ils sont les douze naufragés de Mars.
Ils sont aussi les complices d’un effroyable mensonge. Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre. Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps?

Lire la chronique du tome 1, tome 2, Origines.

J’ai enfin pu trouver le temps de me lancer dans la suite de cette saga. D’autant plus que Victor Dixen nous avait laissé sur un sacré suspens à la fin du tome 2. Avant de commencer cette chronique je tiens à préciser qu’il est effectivement nécessaire, si vous souhaitez ne pas être complètement largué pendant la lecture, de lire Phobos Origines avant ce troisième tome. Sinon vous risquez de tomber des nues par rapport à certains passages.

Comme pour les autres tomes, ce roman se lit très bien. Le suspens est bien présent et nous n’avons pas vraiment le temps de nous ennuyer. Entre la Terre et Mars il y a de quoi faire! Un des grands avantages de Phobos c’est que la situation à l’air si souvent désespérée qu’on ne sait vraiment pas comment cela va pouvoir finir. Et ne parlons pas du nombre de coups de théâtre qui parsèment cet opus. Victor Dixen sait casser son rythme pour nous emmener rapidement dans une toute autre direction.

Du point de vue des personnages il y a des évolutions qu’elles soient personnelles ou relationnelles. Cependant j’ai parfois eu du mal à cerner certaines réactions notamment dans les dernières pages du livre. Car justement la fin laisse un peu perplexe surtout par rapport à un personnage en particulier.




*** SPOIL***

Je parle du fait que Marcus dévoile que ses révélations étaient en fait des mensonges… Le mec a quand même croupi dans une cellule pendant un an pour rien! Et pourquoi? Soi-disant pour protéger Léonor? MOUAIS. Je ne suis pas convaincue.

***FIN DE SPOIL***




Ce qui est certain c’est que ce troisième tome laisse beaucoup de questions sans réponses qui j’espère seront résolues dans le quatrième et dernier tome. Je veux avoir ma réponse par rapport aux (potentiels) extra-terrestres!!

En bref, c’est un tome parsemé de rebondissements du début à la fin bien que certaines choses poussent le curseur un peu trop loin. J’ai néanmoins hâte de lire le quatrième tome afin d’avoir le fin mot de cette histoire!

Note: 7.5/10