Publié dans Dernières lectures, Jeunesse, Science-fiction

Phobos Origines

51xst5TX4jL._SX210_Auteur: Victor Dixen

Edition: Collection R

Genre: Science-fiction

Parution: 2016

Pages: 300

Description: Dans ce roman découvrez comment et pourquoi les six pionniers que nous connaissons désormais ont embarqué pour Mars. Entre secrets, révélations et suspens, nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Lire la chronique du tome 1, tome 2

Au départ je n’étais absolument pas partie pour lire ce tome intermédiaire. Je pensais simplement enchaîner avec le tome 3. Pourtant plusieurs lectrices m’ont conseillé de le lire et elles ont bien fait!

Dans ce petit tome, tout aussi addictif que les autres, nous découvrons le passé des personnages masculins à partir du premier round de sélection jusqu’au décollage. Cela est très intéressant car nous n’avons pas eu le point de vue des filles sur cette partie (sauf le décollage bien sûr) et cela nous en apprend plus sur la manière dont Serena a sélectionné les candidats.

L’intérêt principal que j’ai pu retirer de cet ouvrage est qu’il nous permet d’approfondir le caractère et le passé des personnages et grâce à cela, nous nous attachons beaucoup plus fortement à eux. Jusqu’ici certains garçons tels que Samson et Tao ne m’intéressaient pas plus que cela. Mais leurs histoires m’ont plu et je suis pressée de voir comment leur passé va influer sur les prochains tomes. En revanche je suis toujours assez mitigée à propos de Kenji qui reste un peu étrange.

Pour l’instant je ne peux pas vous dire grand chose d’autre ni confirmer ce que je vais vous dire mais il est possible que ce petit tome ait une importance capitale pour la suite de cette histoire!

A petit livre, petite chronique. Ce qu’il faut retenir c’est que je ne regrette vraiment pas ma lecture et qu’elle m’a donné envie de continuer cette saga, ce que je ferais au plus vite!

Note: 9/10

Publié dans Dernières lectures, Romance, Science-fiction

Phobos T2

CVT_Phobos-T2_2317Auteur: Victor Dixen

Edition: Collection R

Genre: science-fiction, romance, young-adult

Parution: 2015

Pages: 490

Description: REPRISE DE LA CHAÎNE GENESIS DANS
3 SECONDES…
2 SECONDES…
1 SECONDE…
ILS CROYAIENT MAÎTRISER LEUR DESTIN.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.
ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS.
Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.
MÊME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE, IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

Lire la chronique du tome 1

Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome, je vous déconseille de lire cette chronique.

Voilà, j’ai à présent découvert le deuxième tome de la saga Phobos! Il se trouve que j’ai bien apprécié cette suite. Cette fois-ci, au revoir le voyage interstellaire, nous arrivons sur Mars. Les pionniers vont devoir jongler entre différentes choses: la télé-réalité toujours bien présente, leur quotidien sur cette nouvelle planète et bien sûr leur survie. Et pour cela, il va falloir comprendre ce qu’il s’est passé lors de la dernière grande tempête…

La nouveauté va également se trouver dans les couples. En effet les speed-dating sont terminés et les mariages vont être prononcés. Nous allons donc découvrir pendant ce tome la manière dont les couples s’accordent ainsi que certains traits de caractères inattendus.

D’après moi, le suspens fonctionne tout comme dans le premier tome. Entre les recherches au point de vue de Leonor, la manière dont Serena gère le show et l’aide apportée par Andrew, tout se combine afin que nous puissions avoir une vue d’ensemble sur les événements. Nous sommes omniscients et je pense qu’il s’agit de la meilleure solution pour mener cette histoire!

Dans ce tome sont également faites certaines révélations, notamment à propos de Marcus mais je ne vous dirais rien! La seule chose que je regrette un petit peu c’est que Mozart n’apparaisse pas assez, tout comme beaucoup d’autres personnages. Le récit est principalement centré sur Leonor et Marcus. Souvent viennent s’ajouter Kris et Alexeï mais je trouve que les autres, notamment Samson et Safia, sont vraiment en retrait. J’aimerais bien avoir plus d’équilibre dans les personnages.

J’ai trouvé que dans les dernières pages avec la « mini » tempête, la tension augmentait. D’autant plus que Victor Dixen n’apporte pas de réponse… Pour ma part j’ai ma propre hypothèse et j’espère que j’a raison car cela permettrait une intrigue vraiment nouvelle pour le troisième tome: des extra-terrestres! Je me trompe peut-être mais c’est ce qu’il me vient directement à la lecture de la fin du livre. Je suis pressée de lire le troisième tome pour savoir si mon hypothèse est juste! Mais malgré cette tension décuplée pendant la tempête, dans la deuxième partie du livre j’ai, pendant un tout petit moment, ressenti une longueur dans l’intrigue. Rien de méchant, ça n’a vraiment pas duré, mais je n’avais pas ressenti dans le premier tome.

En bref, un deuxième tome dont je suis très satisfaite et qui me rend très curieuse pour la suite!

Note: 8.5/10 

Publié dans Dernières lectures, Jeunesse, Romance, Science-fiction

Phobos T1

CVT_Phobos-tome-1--Les-ephemeres_9597Auteur: Victor Dixen

Edition: Collection R

Genre: science-fiction, romance, young-adult

Parution: 2015

Pages: 433

Description: Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

Avant de vous proposer cette chronique et de lire ce livre, il y a eu un véritable cheminement. Tout d’abord j’avais lu le roman Animale du même auteur qui ne m’a absolument pas plus. L’écriture était lente et je m’y étais ennuyée. Est alors arrivé à ma connaissance le titre Phobos. Dans un premier temps totalement attirée par sa quatrième de couverture, je découvre son auteur et cela m’a refroidie. Au fur et à mesure, j’ai pu découvrir des avis coups de cœur mais également des avis totalement opposés. Finalement je l’ai acheté sur un coup de tête et je l’ai laissé traîné dans ma bibliothèque, en proie à la solitude. Jusqu’au jour où j’ai eu une envie irrépressible de m’y plonger une fois pour toute, ne serait-ce que par curiosité. A ce moment là, je partais presque défaitiste, je ne savais absolument pas si j’allais pouvoir apprécier.

Mais trêve de suspens! Je vous annonce que j’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture! Contrairement à Animale j’ai trouvé l’écriture fluide et dynamique, et jamais je ne me suis ennuyée. Et cela grâce aux différents points de vue de l’histoire. Celui d’Eleonor, la candidate Française au programme Genesis. Celui de la salle de contrôle avec en premier plan Serena McBee et enfin un point de vue totalement extérieur d’Andrew Fisher qui nous permet de suivre l’enquête.

Victor Dixen nous plonge dans un triple genre. Tout d’abord la science-fiction, clairement affichée avec la conquête de Mars et le voyage spatial. J’ai vraiment beaucoup aimé cet aspect, le début nous plonge dans la mise à feu et par la suite nous sommes immergés au cœur du voyage spatial.

Il y a également un aspect romance. Evidemment puisque le but est tout de même de former des couples grâce aux speed-dating retransmis en direct. Bien qu’au début je pouvais trouver ces speed-dating un peu gênants à lire, au fur et à mesure les liens se tissent et s’approfondissent ce qui permet une amélioration de ma sensation à la lecture. Et bien entendu, en tant que lecteur ou lectrice, nous avons nous-mêmes nos chouchous et je vous donnerai ma liste de cœur à la fin de la chronique!

Et avec tout cela nous avons un aspect thriller. Malheureusement tout ne va pas se passer comme prévu car la production cache un terrible secret. Et plus nous tournons les pages, plus l’auteur attise notre curiosité. C’est à mon avis cet aspect là qui m’a rendue la lecture addictive.

Je ne veux pas trop en dévoiler car je pense qu’il y a certaines choses qu’il est très agréable de découvrir par soi-même sans avoir eu d’indication. Dans tous les cas j’ai lu ce livre à la vitesse de la lumière ou presque grâce à son écriture fluide et à son scénario intense qui me donne très envie de lire la suite (que je lirais directement le mois prochain!). Qu’il s’agisse des aspects techniques ou sentimentaux, j’ai vraiment apprécié car chaque personnage possède sa personnalité propre.

En bref, un livre que j’ai dévoré et dont je vais bien entendu lire la suite! En espérant qu’elle soit à la hauteur!

Note: 9/10


Ma liste de cœur:

1.Mozart   2.Marcus   3.Alexeï   4.Samson   5.Tao   6.Kenji

Et vous quelle est la votre?

 

Publié dans Dernières lectures, Dystopie, Science-fiction

Le meilleur des mondes

1133988145Auteur: Aldous Huxley

Edition: Pocket

Genre: Science-fiction

Parution: 2017 (pour cette édition)

Pages: 319

Description: Voici près d’un siècle, dans d’étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains  » sauvages  » dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des  » Alphas « , génétiquement déterminés à être l’élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd’hui, il nous paraît même familier…

Depuis quelques temps j’ai décidé de lire des classiques. J’ai commencé avec Orgueil et préjugés et, dans un tout autre registre, je m’attaque maintenant au Meilleur des mondes, classique de la science-fiction s’il en est. Je dirais, avant de commencer cette chronique, que je ne remets absolument pas en cause les qualités de ce livre (il doit bien en avoir pour être encore publié 85ans après sa première parution), je vais surtout parler de mon ressenti tout à fait personnel et donc subjectif. 

Autant vous le dire… j’ai eu des difficultés avec cette lecture et ce pour une bonne raison. Quand je lis j’ai besoin de m’évader, de m’immerger dans un monde que j’apprécie et où il y a de l’action, de la romance, de l’aventure, du fantastique. Je n’ai donc pas vraiment été satisfaite avec Le meilleur des mondes. Il s’agît d’une oeuvre qui est, selon moi, majoritairement descriptive. J’ai eu le sensation que Huxley avait créé des personnages dans l’unique but de nous faire visiter son univers et non pas que les personnages étaient des entités importantes inclues dans un univers particulier (est-ce que j’arrive à me faire comprendre?). En d’autres termes, j’ai l’habitude que les personnages soient mis en avant en étant inclus dans un monde alors qu’ici je trouve que le monde devient l’objet principal (ce qui est précisément le but) et que les personnages viennent dans un second temps. Si bien que l’identification est difficile voire impossible. J’ai même pensé au début qu’il n’y avait même pas de personnage principal.

En plus de cela, l’écriture est assez particulière. Le premier chapitre, avec toutes les descriptions scientifiques, est intéressant mais extrêmement compliqué à lire. D’ailleurs, plus d’une fois pendant ma lecture j’ai parfois lu des passages que je n’ai pas vraiment compris… Et les phrases sont looongues, rien à voir avec l’écriture dynamique que j’apprécie.

Néanmoins, rendons à César ce qui est à César, il y a bien sûr un but derrière toute cette histoire: la critique de la société de consommation et de l’utopie extrême. L’art, la lecture, la religion, les sentiments, le goût pour la nature… tout est mis de côté au profit de la stabilité de la société. Il n’y a donc plus aucune passion. Cependant le côté très intéressant des personnages que nous propose Huxley est la présence des exceptions. Ceux qui vont, malgré leur conditionnement, être « déviants » par rapport à cette société aux allures parfaites. Et cela nous redonne un peu d’espoir car, malgré tout ce que nous pouvons lire, cette société a beaucoup de limites. Il suffirait d’ailleurs d’ouvrir un peu les esprits et d’instruire les gens convenablement pour, j’en suis persuadée, que tout revienne à la normale. Et à mon sens, le meilleur des mondes d’Huxley ne pourrait pas durer pour l’éternité car l’humanité reprendrait forcément ses droits. Ou suis-je trop optimiste?

En bref, il s’agit d’une histoire sur laquelle nous pourrions méditer des jours entiers grâce à tous les débats qu’elle peut soulever. Malheureusement le manque d’action et la plume lourde d’Huxley ne m’ont personnellement pas emporté. Je suis néanmoins contente de l’avoir lu.

Note: 6/10

Publié dans Dernières lectures, Dystopie, Jeunesse, Science-fiction

U4 – Koridwen

téléchargementAuteur: Yves Grevet

Edition: Syros/Nathan

Genre: Young-adult, science-fiction, dystopie

Parution: 2015

Pages: 362

Description: « Je m’appelle Koridwen. Ce rendez-vous, j’y vais pour savoir qui je suis. » 
Koridwen est la dernière survivante d’un hameau de Bretagne. Avec l’aide du vieux Yffig, elle a inhumé les neuf autres habitants du coin. Puis le vieux Yffig est mort à son tour, et Koridwen l’a enterré lui aussi. Avant de mourir, la mère de Kori lui a confié une enveloppe laissée par sa grand-mère, à ouvrir le jour de ses quinze ans. Cette lettre, qui parle d’un long voyage et de mondes parallèles, fait si étrangement écho au message reçu sur Warriors of Times que Koridwen est ébranlée malgré elle. Elle décide d’aller chercher son cousin Max et de se rendre avec lui en tracteur au rendez-vous à Paris.

Rappel: U4 est une série de quatre livres: Stéphane, Yannis, Koridwen et Jules à lire dans l’ordre que l’on veut et écrit en coopération par quatre auteurs français différents. 

Lire la chronique de U4 YannisU4 StéphaneU4 Jules

C’est avec une grand surprise que j’ai refermé le dernier livre de U4 hier soir. Étonnée par sa fin qui m’a tenue en haleine jusqu’à la fin: va-t-elle arriver à retourner dans la futur ou non? Malgré la lecture des trois autres tomes, quand on lit Koridwen en dernier (ce que je vous conseille fortement) le suspens est toujours présent. Son côté mystique, ses rêves prémonitoires, ses potions de sorcière et sa comptine bretonne nous font espérer que Kori y arrivera par on ne sait quelle force surnaturelle.

Par rapport à son personnage, je pense que tout ceux qui ont lu le tome de Kori en dernier pourront être d’accord avec moi: elle reste vraiment très mystérieuse quand on la découvre avec les yeux des trois autres personnages. On a même du mal à la cerne et c’est pour cela qu’avant de débuter ma lecture je ne savais pas du tout si j’allais l’apprécier ou non. Et finalement je l’aime beaucoup! C’est une jeune femme forte, déterminée et courageuse. En revanche je n’étais pas très à l’aise avec Max, son cousin. Il m’a paru trop imprévisible dans ses réactions (cela reste cohérent avec son état mais ce n’est pas le genre de personnage auquel je suis habituée à me confronter pendant une lecture). En revanche ce livre est je pense celui dont j’ai le plus apprécié les personnages secondaires: Marek en premier lieu mais aussi Youss, Ibra, Kadi et la bande de copines de Kori! Ils apportent tous quelques chose à Koridwen et je les trouve très réalistes.

La plume de Yves Grevet, que je n’avais pas encore découvert, est fluide et agréable à lire. La seule chose qui m’a dérangé mais dont je peux trouver une explication c’est que par rapport aux autres livres, j’ai trouvé certaines scènes très sous-développées en description notamment sur certains dialogue complètement passés sous silence. Etant donné qu’il faut, à mon sens, considérer U4 comme un ensemble je pense que c’est peut-être un parti pris pour ne pas se répéter d’un livre à l’autre mais cela confirme mon idée comme quoi ce roman est mieux à lire en dernier.

Au final je pense que c’est un bon roman avec une personnage forte et attachante mais dont la fin n’est pas assez développée. En effet, pour moi, il aurait fallut un autre tome pour expliquer la suite surtout au niveau de l’histoire de Koridwen. Je sais que il y a le tome U4 Contagion qui existe mais je n’ai pas entendu de très bons avis et d’après un article écrit par Florence Hinckel, il s’agît surtout de nouvelles impliquant d’autres personnages même si nous pouvons retrouver les personnages principaux et secondaire de la saga. Cependant je pense qu’il aurait été utile de faire un vrai tome de clôture.

Note: 8.5/10


Conseils pour l’ordre de lecture

Nous sommes bien d’accord, ce que je m’apprête à écrire n’est pas du tout obligatoire et vous pouvez décider de lire les livres dans l’ordre qui vous plait. Cependant si vous ne savez pas part quel bout commencer, voici mon conseil:

  1. Stéphane: je l’ai lu en premier et je trouve qu’il est très bien à cette place car c’est celui qui nous explique le mieux (et le plus tôt) pourquoi les adolescents ont survécu.
  2. Jules: j’aurais pu mettre Yannis mais comme Stéphane est la première lecture que je conseille, peut-être que lire Yannis juste après ferait un peu trop de répétitions. De plus, lire Jules nous permet de comprendre la situation parisienne du début à la fin ce qui peut impliquer une lecture sensiblement différente du road-trip Stéphane/Yannis.
  3. Yannis: je mets Yannis en troisième position un peu par élimination mais je pense que cette place lui convient bien car il reprend Stéphane et Jules tout en ajoutant des passages inconnus avec Kori qui arrive juste après.
  4. Koridwen: lire Kori en dernier permet de garder le mystère à la fois sur son personnage mais également sur le dénouement de la saga, ce qui me semble très intéressant. De plus, certains passages étant sous-développés dans le tome de Kori je trouverais ça dommage de le lire avant.

Publié dans Dernières lectures, Romance, Science-fiction

Entre 2 mondes

entre-2-mondes-774029-264-432Auteur: Stéphanie Lagalle

Edition: autoédition

Genre: romance, science-fiction

Parution: 2016

Pages: 138

Description: Illan vit sur la planète Hodrion. Le jour de ses dix-sept ans, la technologie nommée Destinée va lui désigner l’identité de sa moitié. Il n’y a pas de choix possible. Le visage qui apparaît sur l’écran est troublant, envoûtant, c’est Léna… une terrienne.

Me voici à la fin de ma lecture de Entre 2 mondes. Il faut savoir qu’il s’agît d’un service presse que j’ai choisi à partir d’une sélection. Il n’est pas dans mes habitudes de lire des livres auto-édités, c’est même une première. Et je vous avoue que je ne risque pas de recommencer souvent car ce roman m’a vraiment déplu, je vais tout vous expliquer dans cet article.

Je me suis lancée dans cette histoire car la description me plaisait: une machine qui trouve la moitié parfaite d’une personne et le tout sur une autre planète que la Terre. Je m’imaginais déjà une aventure dystopique ou un road-trip intergalactique mais nous en sommes à des années-lumière…

Je vais d’abord faire un point sur l’histoire: Illan vit sur la planète Hodrion, ses habitants sont bien plus avancés en technologie en comparaison avec ceux de la Terre. Une machine nommée Destinée trouve à chaque individu de 17ans sa parfaite moitié avec qu’il est censé s’accorder. A priori la machine n’a jamais tort mais pour la première fois elle va destiner un garçon (Illian donc) à une jeune fille d’une autre planète! La tuile quoi… Donc ce jeune homme décide en quelques pages d’aller retrouver cette fille qu’il ne connait pas -mais qu’il aime déjà- et 6h après, il se retrouve sur la Terre (loupé pour le road-trip intergalactique donc…). S’en suit une vie de lycéen et une routine de séduction pour se rapprocher de la fameuse Léna. Voilà voilà.

Donc… autant vous dire que je suis très déçue. Dans un premier temps, l’auteur ne prend pas le temps de nous immerger dans le monde d’Hodrion. Il y a quelques infos au début pour nous placer un minimum dans le contexte mais c’est tout. Illian part très rapidement sur la planète Terre. Ce manque est d’autant plus présent quand Illian arrive sur la Terre et qu’en plus il n’a presque aucune -voire aucune- difficulté à s’adapter au mode de vie humain. Par la suite il n’a aucun soucis pour séduire Léna. Finalement le plus gros défaut de cette histoire est qu’elle est invraisemblable! Tout est trop simple et se fait en un claquement de doigt grâce au Gego. Cet accessoire permet par exemple: de devenir invisible, localiser instantanément n’importe qui, trouver des solutions à tous les problèmes, s’habiller, commander des fleurs etc. Autrement dit, à chaque fois qu’Illian aurait pu se confronter à une difficulté, il fait appel à son gégo et pouf, tout est réglé… Et alors qu’il aurait pu éventuellement batailler avec Léna qui aurait pu être difficile à séduire eh bien elle l’adore dès le début: toujours aucune difficulté.

Alors que je commençais à m’ennuyer ferme, vers la moitié du récit il y a une péripétie qui m’a laissé froide car, encore une fois, c’est invraisemblable, j’ai même trouvé que c’était de pire en pire… D’autant plus qu’avant un bon moment on n’entend pas parler d’Hodrion alors qu’Illian est parti sans rien demander à personne et qu’on lui avait même déconseillé. Et alors que ses parents arrivent sur la terre je me suis dit: « Chouette! Une difficulté intéressante! Peut-être un Romeo et Juliette de l’espace? Ils vont l’empêcher de la voir, leur amour va être mis à l’épreuve peut-être? »… Non, Ilian leur explique tout et ils sont contents.

Donc… une vraie déception pour ce roman dont la base était bonne mais qui pour moi aurait pu être exploitée d’une bien meilleure façon: amour interdit, voyage stellaire difficile, problème politique entre la Terre et Hodrion, remise en cause du principe de la Destinée etc. Mais il ne s’agît là que d’une simple romance d’adolescents sauf que l’un de ces ados n’est pas terrien… voilà. Donc certes Illian et Léna finissent par être attachants mais entre les répliques pompeuses et les soucis que j’ai trouvé dans le texte comme des fautes d’orthographe, des tirets de dialogue alors qu’il n’y avait pas de dialogue etc (je précise que je l’ai lu en numérique) finalement je n’ai pas vraiment profité de cette lecture.

Note 2.5/10

Publié dans Coup de coeur, Dernières lectures, Dystopie, Jeunesse, Science-fiction

U4 – Yannis

Auteur: Florence Hinckel
9782092556153

Edition: Syros/Nathan

Genre: Young-adult, science-fiction, dystopie

Parution: 2015

Pages: 401

Description: Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts. Maintenant, il voit leurs fantômes un peu partout? peut-être qu’il devient fou ? Quand il sort de chez lui, terrifié, son chien Happy à ses côtés, il découvre une ville prise d’assaut par les rats et les goélands, et par des jeunes prêts à tuer tous ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis se cache, réussit à échapper aux patrouilles, à manger… Mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que ce dernier se fait tuer sous ses yeux. Il décide alors de fuir Marseille et de s’accrocher à son dernier espoir : un rendez-vous fixé à Paris…

Rappel: U4 est une série de quatre livres: Stéphane, Yannis, Koridwen et Jules à lire dans l’ordre que l’on veut et écrit en coopération par quatre auteurs français différents. 

Lire la chronique de U4 Stéphane, U4 Jules

Yannis est le troisième livre de la saga U4 que je lis et il est désormais – et de trèèèèès loin- mon personnage et mon tome préféré de la saga bien que je n’ai pas encore lu Koridwen. Après une Stéphane froide et un Jules qui m’a un peu agacée, Yannis est une véritable révélation qui m’a fait totalement redécouvrir cet univers d’une manière vraiment inattendue.

Il faut dire que Yannis est un personnage incroyable. Il est extrêmement sensible et c’est cela qui m’a terriblement charmé chez lui. Serait-ce grâce à la plume féminine de Florence Hinckel? Je ne saurais le dire, mais en tout cas j’ai réussi à m’attacher à Yannis sans aucun problème contrairement à Stéphane et Jules. En parlant de l’écriture, la plume de Florence Hinckel m’a vraiment interpellée car, encore une fois, je l’ai largement préférée à celle des deux autres livres. Chaque page laissait toujours entrevoir une sensibilité certaine qui m’a touchée.

De manière très étrange j’ai également redécouvert Stéphane. Quand on lit le tome qui lui est dédié nous la trouvons assez froide, distante. Mais à travers les yeux de Yannis elle parait tellement mieux que cela, surtout vers la fin où elle nous semble tout simplement lumineuse! Et la relation qu’elle entretient à la fin avec Yannis m’a vraiment plu grâce à cette complicité qui parait si réelle et palpable durant la lecture.

De plus, moi qui n’ai pas encore lu le tome de Koridwen, j’ai découvert énormément de passages qui m’avaient manqués avec les tomes de Stéphane et Jules et cela m’a vraiment plu car c’est aussi un avantage de cette série: nous découvrons à chaque fois un passage d’un autre point de vue. Nous avons des moments individuels avec chaque personnage mais également la combinaison de tous les binômes possible, ce qui est très intéressant.

De manière générale j’ai aimé la plume, l’action, le voyage, mais avant tout j’ai eu un coup de cœur pour Yannis qui est un personnage que je n’oublierais pas de sitôt. A présent je suis curieuse de découvrir Kori qui, malgré la lecture des trois autres livres, reste encore très mystérieuse!

Note: 9.5/10

coup de coeur


Conseils pour l’ordre de lecture

Nous sommes bien d’accord, ce que je m’apprête à écrire n’est pas du tout obligatoire et vous pouvez décider de lire les livres dans l’ordre qui vous plait. Cependant si vous ne savez pas part quel bout commencer, voici mon conseil:

  1. Stéphane: je l’ai lu en premier et je trouve qu’il est très bien à cette place car c’est celui qui nous explique le mieux (et le plus tôt) pourquoi les adolescents ont survécu.
  2. Jules: j’aurais pu mettre Yannis mais comme Stéphane est la première lecture que je conseille, peut-être que lire Yannis juste après ferait un peu trop de répétitions. De plus, lire Jules nous permet de comprendre la situation parisienne du début à la fin ce qui peut impliquer une lecture sensiblement différente du road-trip Stéphane/Yannis.
  3. Yannis: je mets Yannis en troisième position un peu par élimination mais je pense que cette place lui convient bien car il reprend Stéphane et Jules tout en ajoutant des passages inconnus avec Kori qui arrive juste après.
  4. Koridwen: lire Kori en dernier permet de garder le mystère à la fois sur son personnage mais également sur le dénouement de la saga, ce qui me semble très intéressant. De plus, certains passages étant sous-développés dans le tome de Kori je trouverais ça dommage de le lire avant.

 

Publié dans Dernières lectures, Dystopie, Jeunesse, Science-fiction

Brisée

Auteur: Teri Terry71yCV0nBFFL

Edition: La Martinière jeunesse

Genre: young adult, science-fiction, dystopie

Parution: 2015

Pages: 359

Description: Effacée pour une raison qu’elle ignore, Kyla a retrouvé ses souvenirs et compris qu’elle n’était pas une adolescente comme les autres…Menacée à la fois par la police gouvernementale et par les terroristes du TAG, elle doit se faire passer pour morte.Sous une nouvelle identité et avec une nouvelle apparence, elle part à la recherche de son passé et de sa vraie famille.Mais la vérité pourrait s’avérer plus compliquée – et bien plus sombre – que Kyla ne l’avait imaginé…

Lire la chronique du tome 1, tome 2

Depuis quelques mois, j’ai décidé de mettre toutes mes séries littéraires à jour, c’est-à-dire finaliser la lecture de tous les tomes sortis des sagas que j’ai commencé sans les avoir terminées. Pour certaines cela ne m’a pas dérangé et pour d’autres comme pour ce livre, Brisée, je n’avais pas très envie de les lire. Après un premier tome en demie-teinte et un deuxième tome abandonné puis repris j’avais tout de même le tome 3 dans ma PAL et je ne voulais pas m’en débarrasser avant de l’avoir lu. C’est donc plus d’un an et demi après la lecture du deuxième tome que j’ai enfin eu le courage de m’y coller.

Il est vrai que ce troisième et dernier tome est moins pire que le deuxième (en tout cas je m’attendais à bien plus désagréable). Dans ce tome, Kyla/Ondée/Lucy doit vivre cachée mais le plus important à retenir est sa quête d’identité qui va enfin parvenir à son terme à la fin de cette trilogie. Comme toute dystopie qui se repecte, l’objectif va également être de faire tomber le gouvernement injuste et cruel qui s’est établi. L’intrigue tourne donc autour de ces deux éléments. De ce côté là, je dirais que pour l’instant, tout va bien.

Mais le gros point faible de ce roman (ainsi que des deux autres tomes) selon moi est l’absence complète de personnalité de l’auteur. J’entends par là que son écriture me parait vraiment banal, il n’y a ni signature ni style particulier et cela est vraiment dommage. Alors certes je lis une traduction mais je lis énormément de livres traduits et je ne ressens jamais cela pour autant. De plus, j’ai trouvé assez agaçant que l’auteur ne laisse pas de place à l’implicite. Kyla décrit toujours ses pensées sans laisser de place à la pensée du lecteur même sur des choses que l’on pourrait comprendre très simplement si l’auteur prenait la peine de guider et non de décrire.

Pourtant l’histoire se laisse lire même si elle ne restera pas gravée dans ma tête il y a quand même de l’action, une histoire d’amour étrange mais existante et un but à atteindre. Arrivée à l’épilogue, je me suis dis que ce tome rattrapait un peu le deuxième. Et là… PAF! Une ligne qui vient tout mettre par terre. L’auteur lance une phrase moralisatrice au possible sur les appareils électroniques prenant trop de place dans nos vies etc. Donc très bien, si le sujet lui tient à cœur et qu’elle veut faire passer le message je suis d’accord mais en aucun cas en lançant une phrase qui arrive comme un cheveux sur la soupe, totalement sortie du contexte, et donc directement adressée au lecteur (en tout cas c’est l’effet que ça m’a fait en la lisant).

De manière générale, bien que la lecture de ce troisième opus ait été moins désagréable que je ne l’imaginais, je ne peux pas vous conseiller cette saga.

Note: 6/10

Publié dans Dernières lectures, Dystopie, Jeunesse, Science-fiction

U4 – Jules

9782748516593Auteur: Carole Trébor

Edition: Syros/Nathan

Genre: Young-adult, science-fiction, dystopie

Parution: 2015

Pages: 384

Description: Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n’a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l’épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu’il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu’il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l’extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu’il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappé au virus et qu’il décide de prendre sous son aile. 
Son seul espoir : le rendez-vous fixé par Warriors of Times.

Lire la chronique de U4 YannisU4 Stéphane,

Le petit rappel: U4 est une série de quatre livres: Stéphane, Yannis, Koridwen et Jules à lire dans l’ordre que l’on veut et écrit en coopération par quatre auteurs français différents. 1 univers/4 personnages.


Alors… Jules est le deuxième livre que je lis dans la série U4, j’avais commencé avec Stéphane. Et d’après mes souvenirs, plus la chronique que j’ai pu écrire à propos de ce livre, je me rends compte que le livre sur Jules m’a beaucoup moins plu. J’avais trouvé que le livre sur Stéphane était bien écrit et malheureusement je me suis fait la réflexion inverse pour Jules… Non pas que l’auteur n’écrive pas bien, mais je n’ai pas adhéré à son style. Ce qui m’a le plus dérangé est la présence un peu trop dense de la vulgarité. Il y a beaucoup de grossièretés que je trouve parfois inutiles bien que réalistes. De plus, je n’ai pas trop accroché à la manie de donner des surnoms à tout le monde… c’est sympa mais ce n’est pas ma tasse de thé.

Je me suis également posé cette question, ai-je moins accroché au personnage de Jules car c’est un garçon? Pourtant j’avais trouvé Stéphane un peu froide mais elle reste une fille, j’ai donc peut-être moins réussi à m’identifier au personnage… De plus, il y a une différence fondamentale entre les deux livres: dans Stéphane, il y a vraiment un road-trip, le voyage entre Lyon et Paris qui permet un dynamisme certain. Ce qui est plus compliqué dans le livre de Jules, c’est que l’action se déroule complètement à Paris. J’ai trouvé cela intéressant tout de même car cela nous donne un autre point de vue de la situation du pays. L’armée parait très cruelle, les personnages doivent faire preuve de prudence et d’intelligence pour survivre autant pour faire face à l’armée que pour faire face à d’autres gangs de survivants.

Une fois encore, le croisement entre les personnages est intéressant. J’ai pu découvrir des scènes que je connaissais déjà mais sous le point de vue d’un autre personnage tout en découvrant de toutes nouvelles scènes. Je suis pressée d’avoir lu les quatre tomes pour pouvoir mettre toutes les situations en perspective car les auteurs ont vraiment réussi à organiser des scènes avec tous les duos possible. Donc selon l’ordre de lecture que nous avons décidé d’effectuer, chacun va découvrir les informations dans un ordre différents.

Finalement, je me rends compte que j’ai eu beaucoup plus l’occasion de découvrir le personnage de Koridwen -qui est désormais la seule dont je ne connais pas le destin final- et je pense que j’accrocherai beaucoup plus à son histoire. U4 Jules reste tout de même un livre sympa malgré tout ce que je peux en dire mais, à mon avis, il ne s’agira pas de l’opus qui me marquera le plus.

Note 6/10


Conseils pour l’ordre de lecture

Nous sommes bien d’accord, ce que je m’apprête à écrire n’est pas du tout obligatoire et vous pouvez décider de lire les livres dans l’ordre qui vous plait. Cependant si vous ne savez pas part quel bout commencer, voici mon conseil:

  1. Stéphane: je l’ai lu en premier et je trouve qu’il est très bien à cette place car c’est celui qui nous explique le mieux (et le plus tôt) pourquoi les adolescents ont survécu.
  2. Jules: j’aurais pu mettre Yannis mais comme Stéphane est la première lecture que je conseille, peut-être que lire Yannis juste après ferait un peu trop de répétitions. De plus, lire Jules nous permet de comprendre la situation parisienne du début à la fin ce qui peut impliquer une lecture sensiblement différente du road-trip Stéphane/Yannis.
  3. Yannis: je mets Yannis en troisième position un peu par élimination mais je pense que cette place lui convient bien car il reprend Stéphane et Jules tout en ajoutant des passages inconnus avec Kori qui arrive juste après.
  4. Koridwen: lire Kori en dernier permet de garder le mystère à la fois sur son personnage mais également sur le dénouement de la saga, ce qui me semble très intéressant. De plus, certains passages étant sous-développés dans le tome de Kori je trouverais ça dommage de le lire avant.

 

Publié dans Coup de coeur, Dernières lectures, Dystopie, Jeunesse, Science-fiction

La faucheuse

la-faucheuse,-tome-1---futur-parfait-878048-264-432Auteur: Neal Shusterman

Edition: Robert Laffont

Genre: Young-adult, science-fiction, dystopie

Parution: 2017

Pages: 493

Description: MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu’en étant tué aléatoirement « glané » par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs. Et bien qu’ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l’art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité. 

La première fois que j’ai entendu parler de ce roman, je n’en ai vu que la couverture et elle ne m’a pas vraiment convaincue. Puis au fur et à mesure je voyais l’engouement autour de ce roman augmenter, j’ai donc décidé de jeter un coup d’œil à la quatrième de couverture, oh quelle erreur, il s’est presque aussitôt retrouvé dans ma PAL et je l’ai désormais dévoré.

Il s’avère que j’ai adoré cette lecture pour plusieurs raison. Le monde créé par Neal Shusterman m’a paru très cohérent. L’humanité a découvert le secret de l’immortalité. Il n’y a plus ni guerre, ni famine, ni maladie, on pourrait presque croire à un monde parfait. Cependant il y a un os: si personne ne meurt mais que des enfants naissent, la population va finir par être bien trop importante. La solution qui a été trouvée est de former une communauté de tueurs professionnels: les faucheurs. Ils vont devoir s’occuper de « glaner » aléatoirement et sans parti pris un certain nombre de personnes.

C’est à ce moment qu’arrivent nos deux personnages principaux: Citra et Rowan qui vont devenir contre leur gré (mais bonne nouvelle: seules les personnes qui ne veulent pas être faucheurs peuvent devenir faucheurs) les apprentis de Maître Faraday. Ils vont alors apprendre tous les arts de la mise à mort mais vont également développer toute la compassion dont ils ont besoin.

Bien entendu tout cela serait trop simple sans un peu d’action. La communauté des faucheurs ne comporte malheureusement pas que des gens bien attentionnés et certains n’ont ni compassion ni pitié. Les faucheurs vont alors devoir choisir leur camp. Je ne veux pas trop vous en dévoiler mais suite à une série de péripéties, Citra et Rowan vont devoir se séparer et continuer leur apprentissage chacun de leur côté.

Le roman est écrit à la troisième personne et alterne entre les chapitres avec le point de vue de Citra, ceux du point de vue de Rowan et à chaque fin de chapitre nous pouvons lire un extrait du carnet de bord d’un faucheur (Dame Curie notamment). Cela nous donne des indications sur la manière de penser de différents faucheurs et nous permet à nous, lecteur, de pouvoir prendre du recul et de réfléchir à l’opinion que nous avons de la situation.

L’histoire est aussi fascinante que cruelle. Les moments de glanages sont vraiment intéressants car nous arrivons clairement à faire la différence entre les glanages de Maître Faraday et ceux de Maître Goddard alors que le but final est le même : la mort. L’écriture est pleine de suspens, il y a toujours un élément imprévu qui va permettre à l’auteur de prendre une direction inattendue et de nous tenir en haleine. Il y a juste deux éléments que j’ai réussi à deviner avant de les lire: le sort de Faraday et en quoi consistait l’épreuve finale. Car effectivement, le roman va présenter au fur et à mesure de cette année d’apprentissage les trois conclaves des faucheurs pendant lesquels les apprentis passent à chaque fois une épreuve qui va déterminer s’ils pourront effectivement suivre cette voix.

J’ai bien aimé le système des robes et des patronymes historiques. L’auteur ne cache pas l’horreur des situations et pourtant tout se lit très bien. Les complots « politiques » sont très intéressants. J’ai également apprécié les personnages et notamment l’évolution de Rowan. Le film est en cour d’adaptation par les studios Universal et j’avoue être assez curieuse de voir comment cette oeuvre va pouvoir être adaptée.

En bref, un univers cruel et fascinant porté par une très jolie plume. A découvrir!

Note: 9.5/10

coup de coeur