La planète des singes – Suprématie

203328Genre: Science-fiction, action

Synopsis: César, à la tête des Singes, doit défendre les siens contre une armée humaine prônant leur destruction. L’issue du combat déterminera non seulement le destin de chaque espèce, mais aussi l’avenir de la planète.

Voici le dernier volet des épopées de César qui déterminera qui des hommes ou des singes prendra le contrôle de la planète.

Ce qui frappe en premier dans ce film (comme dans les deux autre opus) c’est la qualité incroyable des effets spéciaux. Les singes sont ultra-réalistes et transmettent extrêmement bien les émotions, notamment César. Il s’agît, selon moi, d’un élément très important qui nous permet une immersion totale dans cette histoire. L’intrigue principale implique pour les singes de se défendre et pour les hommes de détruire les singes qui auraient pourtant voulu mettre fin à la guerre. Alors que les singes veulent prendre la fuite, César emprunte un autre chemin afin d’assouvir une vengeance mais rien ne va se passer comme prévu!

Dans ce film, j’ai pu trouver deux nouveautés que j’ai bien apprécié. D’abord, le personnage de Nova, la petite fille. J’ai toujours du respect pour les acteurs qui ne parlent pas pendant un film car toutes les émotions doivent uniquement passer par les expressions du visage et les gestes sans pouvoir s’appuyer sur le moindre mot. Et selon moi cette petite, au visage plein de candeur, a parfaitement tenu son rôle malgré sonRésultat de recherche d'images pour "la planete des singes 3" absence totale de parole. La seconde chose que j’ai apprécié est le personnage de Bad Ape (ici à droite) que j’ai trouvé vraiment bienvenue. Sa tête comme ses réactions sont très drôles et amènent un peu de légèreté lors de situations qui peuvent s’avérer très sombres. Et malgré des circonstances parfois catastrophiques ou tendues, il arrive à nous faire rire.

Ce film reste quand même un film de guerre (ce qui n’est pas ce qui me plait le plus) mais ce que je trouve intéressant c’est que nous, spectateurs humains, ne soyons pas forcément du côté des humains quand on visionne le film. Cela amène la question de l’Humanité en général, comment considérer ces singes qui parlent, montent à cheval, et possèdent une grande intelligence et une émotivité certaine?

Bref, un opus plein d’action et de noirceur mettant fin à cette trilogie.

Pour voir la bande-annonce du film, c’est ici!

Note: 7,5/10

Reign – Saison 4

Résultat de recherche d'images pour "reign saison 4 affiche"

 

 

Genre: drame, historique

Format: 16 épisodes d’environ 45minutes

Lire la chronique de la Saison 1Saison 2, Saison 3

 

 

 

Nous voici face à l’ultime saison de Reign, ça y est c’est fini! Alors… il y a eu de bonnes choses mais également de moins bonnes choses. Tout d’abord un petit point sur l’histoire. Mary passe l’intégralité de la saison en Ecosse où elle va essayer, tant bien que mal, d’affirmer son pouvoir malgré sa condition de femme et sa position religieuse, ce qui ne va pas être une mince affaire. Alliance, mariage, trahison, il va falloir la jouer fine. Sa voisine et cousine d’Angleterre, Elisabeth, est également dans une position délicate pour affirmer sa légitimité et va aussi devoir chercher un mari malgré ses sentiments pour Gideon.

Une petite réflexion sur Gideon… finalement je me demande bien qui il aime vraiment après avoir juré allégeance et sentiments sincères à DEUX reines à priori en toute sincérité, mais bon, BREF! Revenons au scénario: nous suivons donc la situation politique en Angleterre et en Ecosse mais également celle de France qui est au plus bas à cause de son nouveau roi Charles qui est complètement ramoné du ciboulot. Le hic c’est que cette intrigue française aurait pu être passée sous silence et n’être qu’évoquée pour pouvoir se concentrer davantage sur les deux intrigues principales. D’autant plus que la série a été écourtée et bénéficiait donc de moins de temps que prévu. L’intrigue française n’ayant pas de rapport direct avec l’Angleterre et l’Ecosse, c’est dommage d’avoir pris du temps pour la développer étant donné la situation de la série, à mon sens.

D’ailleurs la série a pâti de ce non-renouvellement qui a donc dû être écourtée mais qui possède tout de même un dénouement. Dans les derniers épisodes de la saison, j’ai vraiment senti une accélération désagréable, les actions étaient bien trop rapides sans forcément de transition surtout dans les actions importantes. Cela est vraiment dommage car nous avons l’impression que certaines choses arrivent sans explications, comme un cheveux sur la soupe.

Néanmoins même si cette saison est un cran en dessous des autres, elle reste riche en rebondissements tout en étant totalement dans son genre dramatique (snif). J’ai apprécié suivre ces deux cousines, ennemies malgré elles mais qui se ressemblent pourtant tellement. On aurait envie qu’elles trouvent la paix et qu’elles s’entendent, malheureusement ça ne va pas se passer comme cela.

Bref, une conclusion un peu décevante à cause du manque de temps donné aux réalisateurs mais nous avons quand même un dénouement, plutôt en accord avec l’Histoire d’ailleurs. C’est donc une série que je vous conseille!

Note: 6/10

Moyenne des 4 saisons: 7,75/10

Spider-Man: Homecoming

100661.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxxGenre: Action, fantastique

Synopsis: Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s’efforce de reprendre sa vie d’avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu’il est plus que le sympathique super héros du quartier. L’apparition d’un nouvel ennemi, le Vautour, va mettre en danger tout ce qui compte pour lui…

Je ne sais si vous êtes comme moi mais quand j’ai vu qu’un nouveau spider-man était annoncé je me suis dit « Oh… encore un! » Eh oui encore un. Celui là a néanmoins le mérite de pouvoir être intégré au Marvel Cinématic Univers (il était temps). Nous avons d’ailleurs déjà pu le voir entrer en action dans le film Captain America: Civil War.

La différence de ce film réside tout d’abord dans sa manière de commencer. Dans les anciennes versions, Peter Parker est un jeune homme tout à fait normal qui se fait mordre par une araignée et qui développe alors des pouvoirs arachnéens hors du commun. Dans ce film-ci, ses pouvoirs sont déjà là, nous n’assistons pas à la transformation. Le film se passe après la bataille de Civil War, Peter est alors tout Résultat de recherche d'images pour "spider man homecoming"excité à l’idée de pouvoir renouveler une telle expérience pour être un super-héro et intégrer officiellement les Avengers. Cependant… Tony Stark ne l’entend pas de cette oreille et va le laisser à l’écart. Peter va donc, à sa manière, protéger les citoyens des petits crimes du quotidien.

Jusqu’à ce que Peter découvre un vrai super-méchant (alias le Vautour) et essaie de prévenir Tony qui va, disons-le clairement, le snober complètement. Le but de Spider-man va alors être d’arrêter le méchant tout seul comme un grand!

Sur le point de vue technique, les effets spéciaux sont nickels, rien à dire. Et l’humour Marvel est bel et bien au rendez-vous. Le scénario est classique mais fonctionne très bien et le jeune acteur incarnant Spider-man m’a bien plu même s’il loin d’être le plus sexy des super-héros (en tout cas, à mon goût)!

Globalement, si vous aimez les films de super-héros, l’action et les grosses bagarres, foncez!

Note: 7,5/10

Cars 3

Résultat de recherche d'images pour "cars 3 affiche du film"Genre: Animation

Synopsis: Dépassé par une nouvelle génération de bolides ultra-rapides, le célèbre Flash McQueen se retrouve mis sur la touche d’un sport qu’il adore. Pour revenir dans la course et prouver, en souvenir de Doc Hudson, que le n° 95 a toujours sa place dans la Piston Cup, il devra faire preuve d’ingéniosité. L’aide d’une jeune mécanicienne pleine d’enthousiasme, Cruz Ramirez, qui rêve elle aussi de victoire, lui sera d’un précieux secours…

Je reviens aujourd’hui avec une chronique cinéma sur le film Cars 3. Après avoir apprécié le premier film et beaucoup moins aimé le deuxième, la bande-annonce de ce troisième film m’a vraiment intriguée. C’est donc avec curiosité que je me suis rendue au cinéma.

La première chose que je peux en dire c’est, qu’à mon sens, le film est vraiment revenu à son but premier: la course automobile. Mais il y a un grand retournement de situation. Alors que dans le premier Flash McQueen est le jeune prometteur, toujours gagnant et acclamé de tous, dans ce film il est en fin de carrière et se fait dépasser par les jeunes voitures pourvues de technologies de nouvelle génération. N’ayons pas peur des mots, Flash est devenu un papy! Cette situation est assez drôle car McQueen se prend plein de réflexions sur son âge, ce qui est assez rare dans les dessins animés!

Cette situation permet à la fois de retrouver la Piston Cup mais également de donner une dynamique très différente au film. Flash va essayer de tout faire pour retrouver la forme et surpasser son nouvel adversaire. Et c’est avec la petite Cruz, pilote de course insoupçonnée, qu’il va y arriver. D’ailleurs le film jongle entre anciens personnages que nous avons le plaisir de retrouver et nouveaux personnages que nous avons l’occasion de découvrir.

Finalement, on se prête facilement au jeu. Nous comprenons tous les enjeux de la course et pourquoi Flash doit absolument gagner et s’entraîner dur pendant tout le film. Tout cela pour en arriver à la fameuse course pleine de surprises dans laquelle j’ai été la fervente supportrice du numéro 95!

En bref, un film familial et agréable, n’hésitez pas à aller le voir!

Pour voir la bande-annonce, c’est ici!

Note : 7/10

 

The Handmaid’s Tale – Saison 1

Résultat de recherche d'images pour "the handmaid's tale hulu"Genre: Drame, science-fiction dystopique

Format:  10 épisodes d’environ 1h

Synopsis: Dans une société dystopique et totalitaire au très bas taux de natalité, les femmes sont divisées en trois catégories : les Epouses, qui dominent la maison, les Marthas, qui l’entretiennent, et les Servantes, dont le rôle est la reproduction. Nous suivons June -une servante- dans un univers aussi fascinant que cruel dans lequel elle devra tout faire pour survivre.

Un jour, alors que je surfais sur les réseaux sociaux, je suis tombée sur un article. Emma Watson cachait dans Paris des exemplaires du roman The Handmaid’s Tale (La servante écarlate en français) de Margaret Atwood. J’ai ensuite été me renseigner et j’ai appris que ce livre, dont la description m’avait beaucoup intéressée, était adapté en série. Il n’en fallait pas plus pour que je saute sur l’occasion!

Cette série américaine est composée de dix épisodes. En général, ces épisodes sont composés de la manière suivante: nous suivons June dans le présent, au sein de la famille à laquelle elle a été « affectée » pour procréer. Et nous avons régulièrement des flash-back qui nous en apprennent plus sur la manière dont elle en est arrivée à ce stade et -un peu plus tard dans la série- sur la manière dont la société en est arrivée là.

Une des premières choses à savoir si vous voulez regarder cette série, c’est qu’il va falloir vous accrocher. Je voulais vous parler de la violence mais… ce n’est pas parce que c’est gore, plutôt parce que c’est psychologiquement dur. N’ayons pas peur des mots, dans cette nouvelle société les femmes sont des moins que rien. Même les Épouses, Résultat de recherche d'images pour "the handmaid's tale serie"les mieux loties pourraient-ont dire, n’ont pas le droit de travailler. Elles restent là, à la maison en train de tricoter: WHOU! Mais évidemment les servantes sont les plus à plaindre: violence, viol, soumission, oppression, interdiction de lire ou de sortir seule… rien n’est trop beau. Et tout ça pourquoi? Car dans ce monde où la fertilité a baissé à un niveau très alarmant, elles ont « l’honneur » d’être des femmes fertiles. Elles ont donc été capturées, coupées de leur vie d’avant et séparées de leurs familles pour être marquées et destinées à devenir des mères porteuses non consentantes.

Donc nous suivons June, ancienne femme tout à fait normale, à présent servante sous le toit des Watterford. Ce qui est incroyable dans cette série, c’est que le suspens et le mystère sont dosés à l’absolue perfection. Chaque épisode nous donne des informations soit sur le passé de June, soit sur la manière dont la société s’est transformée (les deux pouvant d’ailleurs être mêlés). Et malgré toutes ces informations, l’épisode suivant nous en dévoile plus, et le suivant encore davantage etc. Si bien que nous pouvons nous faire une idée de plus en plus précise de la société dans laquelle les personnages évoluent. De plus, à chaque épisode j’ai réussi à me dire… « bon, vu ce que je viens de voir, ça va être compliqué de faire pire ». AHAH, naïveté quand tu nous prends… En fait, ce qui est absolument fascinant, c’est qu’à chaque fois nous arrivons à découvrir un nouvel élément, que ce soit un lieu ou un événement par exemple, qui va nous interpeller et ce jusqu’au tout dernier épisode!

Pour le côté « technique » je dirais d’abord que la série est graphiquement très belle. Les lumières, la manière de filmer et même les musiques arrivent à donner une ambianceRésultat de recherche d'images pour "the handmaid's tale serie" lugubre et une puissance à chaque scène. Des scènes brillamment jouées par tous les acteurs du casting. J’ai d’ailleurs eu un coup de cœur pour deux personnages en particulier: Janine et Emily, respectivement incarnées par Madeline Brewer et Alexis Bledel (Gilmore Girls). Je les ai trouvé juste superbes.

Finalement je ne peux que vous conseiller cette série qui est incroyable. Un petit avertissement tout de même: ce n’est pas une série qui va vous faire rire ou vous détendre donc si c’est cela que vous chercher, passez votre chemin. C’est une série aussi envoûtante que terrifiante. Attendre la deuxième saison, prévue pour 2018, risque d’être très dur!

Note: 10/10

coup de coeur

Wonder Woman

350974Genre: Action, fantastique

Synopsis: C’était avant qu’elle ne devienne Wonder Woman, à l’époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s’écrase sur l’île paradisiaque où elle vit, à l’abri des fracas du monde. Lorsqu’il lui raconte qu’une guerre terrible fait rage à l’autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu’elle doit enrayer la menace. En s’alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l’étendue de ses pouvoirs… et son véritable destin.

Me voici revenue d’une séance de cinéma pendant laquelle j’ai pu voir le film Wonder Woman. Je ne m’étais jamais vraiment intéressée à cette super-héroïne et je ne connaissais donc rien à son histoire. Heureusement, le film s’avère être une introduction au personnage pour la future Justice League. Nous suivons donc Diana, d’abord enfant puis jeune femme, s’entraînant sur l’île des Amazones.

J’ai beaucoup aimé l’actrice incarnant Wonder Woman. Je l’ai trouvé très belle et avec des expressions qui sciaient très bien au personnage. Le côté ingénue, découvrant le monde pour la première fois m’a bien plu. La seule chose dommage, c’est que je me suis rendue compte que je l’avais déjà vu dans un autre film DC (Batman VS Superman il me semble). J’aurais apprécié connaître son histoire avant cela car nous arrivons à nous Résultat de recherche d'images pour "wonder woman film"attacher à elle mais seulement maintenant. Je trouve que DC veut essayer de rattraper Marvel mais que, du coup, il ne prend pas assez de temps pour introduire chacun de ses personnages. Niveau acteur, j’ai eu le plaisir de retrouver le beau Chris Pine que j’avais eu l’occasion de découvrir dans les nouveaux Star Treck. J’aime beaucoup cet acteur, il joue vraiment très bien!

Niveau scénario, ça reste un film de super-héros: un destin caché, un grand méchant qu’il faut détruire. Cependant, le fait que le héro soit une femme a été, pour moi, très rafraîchissant. Il est vrai que j’aime beaucoup les personnages représentant des femmes fortes qui savent se battre et avec Diana, on est en plein dedans!

Au niveau graphique, le film est vraiment beau. J’ai adoré l’île des Amazones qui est magnifique. Au niveau des combats, en revanche, je suis mitigée. D’un côté je les ai trouvé très bien chorégraphiés mais d’un autre… j’ai trouvé que le réalisateur avait vraiment exagéré sur le nombre de ralentis. Ils s’enchaînent bien trop vite, si bien que, même moi, j’ai pu le remarquer. D’autant plus qu’au fur et à mesure les ralentis sont effectués sur des mouvement que l’on a déjà observé plusieurs fois.

D’une manière générale, ce film reste un bon divertissement qui introduit bien son personnage. Les costumes et le graphisme sont réussi et les acteurs ont été bien choisi. Girl Power!

Note: 7.5/10

Pirates des Caraïbes: La vengeance de Salazar

106609.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxxGenre: Aventure, Fantastique

Synopsis: Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans.

J’avais hâte de découvrir ce nouvel opus de la saga Pirates des Caraïbes, d’autant plus que le quatrième avait assez peu convaincu. Il s’avère que celui-ci est, je pense, bien mieux.

Ce que l’on remarque dès le début, c’est qu’à chaque fois les réalisateurs s’amusent à vouloir trouver une scène encore plus extraordinaire que les opus précédents. Du premier au cinquième, ça monte crescendo jusqu’au passage du vol du coffre au début du film: du grand n’importe quoi mais c’est tellement drôle !

Le deuxième point notable du film (mais également de tous les Pirates des Caraïbes) est Résultat de recherche d'images pour "pirates des caraibes 5"la présence de sublimes effets spéciaux. On s’y croit vraiment tellement le visuel semble réaliste. Je parle autant des effets aquatiques que des batailles navales en passant par le monstrueux équipage de Salazar qui est stupéfiant. Et ces effets spéciaux sont également soutenu avec les costumes d’époque toujours aussi superbes.

Ensuite, la particularité de cet opus est le mix du casting. Nous retrouvons des personnages de la première heure: Jack, Will, Barbossa etc. Et d’un autre côté de nouveaux personnages apparaissent: Henry et Carina. Pour ces derniers… ils sont plutôt pas mal. Je dirais que les acteurs ont été bien choisis, j’ai aimé le caractère de Carina qui, malgré sa condition de femme, veut faire de la science.

Finalement, Pirates des Caraïbes reste un très bon film de divertissement qui en jette, alors n’hésitez pas bande de forbans!!

Note: 8/10