Publié dans Conte revisité, Dernières lectures, Fantastique / Fantasy, Jeunesse

Les étranges soeurs

51FjC4rNObL._SX195_Auteure: Serena Valentino

Edition: Hachette

Genre: Fantastique, conte revisité

Parution: 2019

Pages: 237

Description: De la Méchante Reine à la Bête, en passant par Ursula, Maléfique ou encore mère Gothel – elles sont toutes des légendes du mal. Mais il n’en a pas toujours été ainsi… Car on ne naît pas méchant, on le devient.
Au fil du temps, trois étranges sœurs ont progressivement étendu leur influence, transformant des innocents en monstres pour écrire le destin des plus grands méchants jamais connus.
Elles s’appellent Lucinda, Ruby et Martha, et elles incarnent le chaos. Mais aujourd’hui, tous ceux à qui elles ont fait du mal à travers le royaume réclament justice. Et quand la vérité éclatera, rien ne sera plus jamais pareil…
Voici l’histoire de celles qui tiraient les fils du destin.

Hello à tous!

Me revoilà avec ce qui est à priori le dernier tome (ou au moins le dernier tome sorti) de la saga des Vilains! Ça, c’est fait! Ce tome-ci est un petit peu particulier car il revient vraiment sur toutes les lectures précédentes, notamment dans le premier chapitre où tout est remis en place.

Avant de vous donner mon avis, je tiens vraiment à insister sur un point. Il y a un véritable ordre de lecture pour cette saga. Je ne vous conseille pas de les lire dans un ordre aléatoire, vous risquez de passer à côté de différents éléments de l’intrigue. Il y a des personnages récurrents dont les histoires se développent au fil des livres alors voici l’ordre précis:

Tome 1: Miroir, Miroir (La méchante Reine)

Tome 2: L’histoire de la Bête

Tome 3: Pauvre âme en perdition(Ursula)

Tome 4: Maîtresse de tous les maux (Maléfique)

Tome 5 : N’écoute que moi (Gothel)

Tome 6: Les étranges sœurs

Maintenant passons à mon avis. Tout d’abord je tiens à saluer un point particulier de ce roman qui est une nouveauté dans la saga: la présence d’illustrations. Je les ai trouvé très jolies et j’ai apprécié les découvrir avant chaque début de chapitre.

Ce roman est vraiment l’apothéose de tout ce qu’il s’est passé dans les opus précédents. Circé a pris de l’importance et doit décider ce qu’elle va faire de ses mères. Et c’est une quête que nous allons mener pour finalement avoir beaucoup de réponses par rapport à l’ascendance de ses sœurs. Je vous l’avoue, j’avais pressenti ce qui allait nous être révélé mais en même temps, Serena Valentino nous avait laissé un certain nombre d’indices.

J’avoue que même si ce tome m’a plus et que la saga entière a été un plaisir à lire je suis assez perplexe face à la dernière page. Je ne comprends pas comment toute cette série peut se terminer de cette manière qui est bien trop ouverte à mon goût. C’est pour cela que je me demande si un autre tome ne serait pas en cours de préparation? Je l’espère car pour moi, cette fin n’est pas satisfaisante. 

Je ne pourrais pas vraiment vous en dire davantage, si vous souhaitez connaître mon avis en détail, je vous laisse aller lire toutes les chroniques qui sont disponibles sur le blog. Et n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cette fin si vous l’avez lu!


Résultat de recherche d'images pour "cruella"Information 13/03/2020: Suite au commentaire sous ce post de la traductrice de la saga, ce tome-ci n’est effectivement pas le dernier! Bonne nouvelle! Le prochain sera sur Cruella, j’ai vraiment hâte de savoir ce que va nous concocter Serena Valentino à son sujet. Mais il y aura aussi un tome en 2021 et un autre en 2022! Enjoy!

Note 8.5/10

Publié dans Conte revisité, Dernières lectures, Fantastique / Fantasy

N’écoute que moi

Résultat de recherche d'images pour "n'ecoute que moi"Auteure: Serena Valentino

Edition: Hachette

Genre: Fantastique, conte revisité

Parution: 2019

Pages: 340

Description: L’histoire de la Vieille sorcière. L’histoire de Raiponce est à l’image de ses cheveux : longue et tortueuse. Il était une fois une jeune fille innocente arrachée à ses parents, une jeune fille dotée de cheveux magiques, retenue prisonnière dans une tour par une vieille sorcière tyrannique qui se faisait passer pour une mère surprotectrice. Pourtant, ce n’est que la moitié de l’histoire. 
Qu’en est-il de Gothel ? Comment est-elle devenue si amère et sans pitié pour Raiponce, qu’elle considère pourtant comme sa fille ? Cette histoire creuse dans le passé mystérieux de la sorcière pour mettre à jour les désirs enfouis au plus profond de son cœur. 

Lire la chronique sur le tome de La bête, La méchante reine, Ursula, Maléfique

Hello à tous!

En ce début du mois de mars je peux dire que j’arrive à tenir mon objectif qui est de continuer et terminer mes sagas puisque j’ai désormais lu ce tome de la saga des Vilains! J’étais vraiment curieuse de découvrir cette histoire car contrairement à la Méchante Reine ou Maléfique, je n’avais jamais vu ou lu une histoire sur le passé de Gothel.

Je voulais juste revenir sur un petit point davantage en rapport avec l’édition. Je n’avais pas vu, de prime abord, qu’un tome sur Gothel était prévu et sur les tomes précédents nous pouvons lire l’ordre de publication et N’écoute que moi n’apparaît pas. Je ne savais donc pas si cette histoire allait être, comme toutes les autres, reliée aux différents royaumes et surtout aux étranges sœurs. Mais finalement le tome sur Gothel s’intègre à la saga comme les autres bien que je le trouve un petit peu plus lointain en comparaison avec l’histoire de Maléfique.

Depuis le début de la saga, Serena Valentino nous livre des réécritures de contes qui ont toujours une part sombre. Pourtant je trouve que ce tome à propos de Gothel pousse le curseur encore plus loin que les autres. Nous sommes vraiment plongés dans l’univers de la mort et même de la résurrection et de la nécromancie. C’est assez particulier et je pense que l’auteure a dû puiser bien plus loin dans son imagination pour créer un passé à Gothel que pour le passé des autres personnages.

Malgré tout ce qui lui arrive, il est assez difficile de s’attacher à Gothel. J’ai eu plus de facilité à apprécier Primerose, par exemple, ou même Jacob que j’ai trouvé très intéressant. Mais Gothel, même au début, est assez froide finalement et cela empire avec les différentes épreuves qui finiront par l’accabler. Ce qu’on ne peut pas lui enlever en revanche c’est qu’elle aime ses sœurs de manière inconditionnelle.

Une petite mise en garde tout de même avant la lecture: ne vous attendez pas à lire un livre sur Raiponce. Nous sommes bel et bien en présence de Gothel et Raiponce n’arrive que très tardivement dans l’histoire: pas avant le dernier tiers. Il me semble d’ailleurs que c’est la première fois que les références au dessin-animé arrivent si tard.

D’une manière générale je trouve que l’auteure a bien pensé le passé de Gothel avec les indices que nous donne le dessin-animé. Comme un puzzle qu’elle a essayé de reconstituer au fur et à mesure pour finalement donner un ensemble sombre voire glauque mais tout de même plausible.

Il me reste donc le tome des Étranges sœurs à lire et j’en ai déjà lu le premier chapitre! J’ai hâte de savoir quelle sera la fin de l’histoire de ces curieux personnages.

Note: 8/10

 

Publié dans Conte revisité, Dernières lectures, Fantastique / Fantasy

Maîtresse de tous les maux

Résultat de recherche d'images pour "maitresse de tous les maux""Auteure: Serena Valentino

Edition: Hachette

Genre: Fantastique, conte revisité

Parution: 2019

Pages: 294

Description: Nous connaissons tous l’histoire : une belle jeune fille rencontre son beau prince. Mais la jeune fille apprend qu’elle a été maudite par une fée noire, qui la menace de tomber dans un sommeil éternel. Même si trois bonnes fées tentent de la protéger, la princesse succombe à la malédiction. Mais le bien triomphe du mal : le prince défait le dragon cracheur de feu, et réveille la princesse avec un baiser d’amour véritable.

Pourtant, ce n’est que la moitié de l’histoire : qu’en est-il de la fée noire, Maléfique ? Pourquoi maudit-elle cette princesse innocente? Ce récit explique les motifs d’une femme. C’est une histoire d’amour, de trahison, de magie, de rêves. C’est l’histoire de la Maîtresse de tous les maux.

Lire la chronique du tome sur La bête, La méchante reine, Ursula.


Hello à tous!

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de la suite de la saga Les vilains dont j’ai déjà lu trois tomes. J’ai trouvé que cet opus concrétisait les tomes précédents. J’insiste d’ailleurs pour que vous les lisiez dans l’ordre car si vous lisez celui de Maléfique avant celui d’Ursula vous allez passer à côté de beaucoup de choses.

Énormément de personnages se mélangent dans cette histoire. Il y a Aurore et Maléfique certes mais aussi la marraine-fée de Cendrillon, Blanche-Neige, sans oublier des personnages propres à l’univers de Serena Valentino que nous avons vu au préalable dans les premiers tomes. Un vrai méli-mélo de contes! Et l’histoire se concentre de plus en plus sur les trois sœurs.

J’ai été étonnée de tous les secrets que comportaient ce tome. Du côté de Nounou, de Maléfique ou des sœurs, il y a tant de mensonges! Et évidemment la vérité finit toujours par remonter à la surface et c’est à ce moment-là que tout part en cacahuète! J’apprécie vraiment que l’auteure arrive à respecter le dessin-animé de Disney tout en lui apportant un côté plus mature et en trouvant de véritables motivations aux différents personnages. Jusqu’à nous montrer que les personnages censés être gentils ne le sont pas forcément. Ça c’est fort!

Comme à chaque fois que je lis un de ces romans, je sais que la lecture en sera fluide et facile et j’apprécie vraiment cette sensation de facilité. Les mots s’enchaînent à grande vitesse et nous terminons le roman sans même nous en rendre compte.

J’ai l’intention de lire les deux derniers tomes l’un à la suite de l’autre à la fin du mois de février afin de ne pas languir trop longtemps pour connaître le fin mot de l’histoire. D’autant que le prochain est sur l’histoire de Raiponce et j’ai vraiment hâte de découvrir cette histoire car j’avais déjà lu ou vu le point de vue de Maléfique ou même de la méchante reine dans d’autres histoires mais pour Mère Gothel ça sera une première!

Note: 8.5/10

Publié dans Conte revisité, Dernières lectures, Fantastique / Fantasy

Les contes inachevés, T1: La vilaine belle-sœur

51CHF1zafwL._SX195_Auteur: Aya Ling

Edition: MxM Bookmark

Genre: Réécriture de conte, fantastique, romance

Parution: 2017

Pages: 433

Description: En déchirant par mégarde un vieux livre d’images, Kat est téléportée dans le monde de Cendrillon, où elle incarne Katriona, l’une des hideuses belles-sœurs ! En tant que jeune fille de noble lignage, sa vie change du tout au tout et elle doit apprendre à survivre aux lois de ce nouvel environnement, à commencer l’épreuve de passer les portes avec une robe à arceaux… Pour revenir chez elle, elle va devoir compléter l’histoire, jusqu’à ce qu’ils soient heureux et aient beaucoup d’enfants. Mais les obstacles sont de taille : l’autre belle sœur est belle à s’en damner, la marraine la bonne fée est aux abonnées absentes et le prince – carrément canon, soit dit en passant – déteste les bals. Dans de telles conditions, arrivera-t-elle seulement à rentrer chez elle… ?

Hello à tous!

Selon toute vraisemblance, je vous livre ici mon dernier avis lecture de l’année 2019. Cette lecture entre dans mon Cold Winter challenge étant donné qu’il s’agit d’une réécriture du conte Cendrillon. Cela fait un moment que j’attends de lire ce livre. Depuis sa sortie, il me faisait de l’œil. Finalement je craque l’année dernière au salon du fantastique et c’est un an plus tard que je le sors de ma PAL. Tout était fait pour me plaire. Une réécriture de conte, une somptueuse couverture, une histoire qui semblait sympa et la découverte d’une maison d’édition que je n’avais encore jamais lue… Je n’avais plus qu’à m’y plonger! A ce stade il y a deux possibilités. Soit je vous dis que l’histoire fut totalement à la hauteur de mes attentes, soit je vous dis que c’est une immense déception.

Hélas… c’est une immense déception. J’en arrive au stade ou je suis déçue d’avoir été déçue, c’est pour dire! J’avais vraiment envie d’une lecture doudou pour la période de Noël, de magie et d’amour. Et franchement je n’ai rien eu de tout cela. Enfin si je l’ai eu, mais c’était tellement mauvais que je n’en ai pas profité.

Alors que s’est-il passé? Je crois que tout à commencé avec la plume. Je sais bien qu’il s’agit d’une traduction mais, à mon avis, l’écriture est de toute manière mauvaise dès la VO et le pire c’est qu’il y a des choses qui auraient dû être corrigées par la maison d’édition au départ. Par exemple, comment expliquer que des mots soient écrits comme çaaaaaaaaaaa avec plein de lettres pour donner, soit disant, un effet. Ou bien que certains MOTS soient mis en MAJUSCULES pour leur donner une importance qui devrait être comprise sans majuscule si la phrase était bien construite? Franchement, c’est le genre de choses qui m’a clairement déplu.

Cela aurait éventuellement pu être pardonnable avec un scénario qui tient debout. On annonce une réécriture de Cendrillon alors dans ce cas j’attends deux choses. D’abord le respect des codes du conte original. Ensuite la touche d’originalité qui en fera une réécriture. Le fait est que l’histoire est tellement originale que nous en sommes totalement perdu. L’auteure n’a pas réussi, selon moi, à assez bien ancrer son histoire dans le conte original. Les belles-sœurs n’ont pas les mêmes noms. Cendrillon n’a rien à voir avec Cendrillon. L’auteure créé tout un univers extrapolé… Cela aurait pu être un point positif si celui-ci n’avait pas pris autant d’importance. Et je ne parlerais même pas de la magie des gobelins qui est juste un prétexte maladroit pour que l’histoire puisse démarrer.

La cohérence du scénario ne m’a pas non plus transcendée. Si cela m’arrivait (entrer comme par magie dans un conte et devoir recréer l’histoire pour pouvoir en ressortir) quelle serait ma réaction? Essayer de coller au plus près à l’histoire sans faire de vagues. Etre efficace quoi! Mais Kat noooooooon (vous avez vu, c’est perturbant toutes ces lettres, hein?). Elle va plutôt se lancer dans la politique, critiquer le pouvoir en place et tout ça! Oui c’est mieux, on n’a que ça à faire. J’ai trouvé ça hors sujet…  

Bref, je pense que je vais m’arrêter là, vous avez compris le topo. Je n’ai même pas envie de lui attribuer une note. Pour tout dire j’ai lu les 140 premières pages normalement et j’ai fini le reste en lisant les dialogues et le reste en diagonale. Et étant donné la fin, je ne regrette aucunement. Donc vous l’aurez compris, je ne vous conseille pas ce roman qui n’a su me convaincre ni par la plume ni par le scénario.

 

Publié dans Conte revisité, Dernières lectures, Fantastique / Fantasy, Romance

La belle et la bête – Histoire éternelle

81IU9yczOsLAuteur: Jennifer Donnelly

Edition: Hachette

Genre: Réécriture de conte, fantastique, romance

Parution: 2017

Pages: 293

Description: Il était une fois, caché au cœur de la bibliothèque de la Bête,un livre très mystérieux.
En le découvrant, Belle va pénétrer dans un univers fascinant. Mais ne dit-on pas que les apparences sont parfois trompeuses ?
Belle retrouvera-t-elle le chemin du retour ? L’histoire pourrait bien ne jamais la laisser partir.

Hello à tous!

Cette chronique commence l’été dernier à La Rochelle. J’étais en train de me promener lorsque je suis tombée sur une librairie qui vendait des invendus de maisons d’édition pour une bouchée de pain. C’est à ce moment-là que j’ai repéré ce sublime livre sur le thème de La Belle et la Bête. A l’allure de la couverture, je sus que j’allais le lire pendant la période de Noël.

La Belle et la Bête est mon Disney préféré. Et je tiens juste à préciser que le roman s’inspire davantage sur film que du dessin animé. L’histoire débute juste après la fuite de Belle, quand la bête est venue la sauver des loups. J’ai trouvé que le livre nous montrait un aspect différent des sentiments de Belle. Dans le dessin animé, l’ambiance est tout de même assez magique et positive. Dans ce roman, nous ressentons davantage que Belle se sent captive et malheureuse malgré son affection pour les habitants du château. Quant à le bête, nous ressentons bien sa fragilité et ses blessures, ce que j’ai bien apprécié.

Une fois que le contexte est installé, la véritable histoire peut commencer. Il faut dire que nous en avions une petite idée grâce au prologue. Tout tourne autour d’un pari entre la Mort et l’Amour. Qui va remporter l’histoire de la Belle et la Bête? Evidemment la Mort n’aime pas perdre et est une affreuse tricheuse! C’est pourquoi elle envoie le livre de Nevermore dans le château de la bête pour que Belle le trouve et voyage littéralement dans son univers, ce qui va la mettre, malgré les apparences, en grand danger.

La plume est plutôt agréable et simple. Les chapitres sont courts, parfois même très courts et j’ai bien apprécié. La lecture en était d’autant plus rapide et c’est exactement ce qu’il me fallait. Sans oublier que la période de Noël était parfaite, notamment pour les passages comme celui du patin à glace!

Pour tout dire, je pense que cette histoire est tellement belle et magique, qu’il suffit d’un minimum de talent pour l’enrichir ou la revisiter et je pense que Jennifer Donnely a réussi. Ça n’a pas été un coup de cœur, cependant j’ai passé un bon moment et j’ai eu ce que j’attendais. L’univers que j’aime tant a été respecté, il y avait de la magie dans tous les coins et de l’amour. Parfait avec un thé et un plaid, n’est-ce pas?

Bref, j’ai passé un bon moment avec ce roman et je vous le conseille si vous aimez ce conte!

Note: 7/10

Publié dans Conte revisité, Coup de coeur, Dernières lectures, Jeunesse

Heartless

9782266278829ORIAuteur: Marissa Meyer

Edition: PKJ

Genre: Réécriture de conte, romance, fantasy

Parution: 2017

Pages: 603

Description: Nous connaissons tous l’effroyable Reine de cœur du Pays des Merveilles. Mais comment est-elle devenue si impitoyable ? C’est la question à laquelle Marissa Meyer nous livre sa réponse…

C’est avec un plaisir infini que j’ai pu lire le nouveau livre de Marissa Meyer. Son autre œuvre a été la saga Les chroniques lunaires qui a été pour moi un coup de cœur et que je vous conseille également. Cependant Heartless est un livre indépendant qui n’a rien à voir avec la saga hormis le fait que Marissa Meyer nous fait encore voyager dans les contes de fées.

Nous sommes ici plongés dans le Pays des Merveilles. Que vous aimiez ou non le chef-d’œuvre de Lewis Caroll je pense que vous ne pouvez qu’apprécier cette histoire. Adorant le pays des merveilles et tout ce qu’il y a autour à l’heure d’aujourd’hui (goodies, film d’animation etc) j’ai lu assez tardivement l’œuvre originale et à mon grand désarroi… je n’ai pas aimé du tout. Lewis Caroll m’a je pense un peu perdue et je n’ai pas vraiment compris ce qu’il écrivait. Et heureusement Marissa Meyer a réussi à me plonger dans ce monde en créant un tout nouvel équilibre qui m’a happé. Les bizarreries et autres étrangetés du Pays des Merveilles sont bien présents mais dans de meilleures proportions ce qui m’a permis de mieux apprécier ma lecture et c’est à mon sens un des gros points forts du livre.

Parlons un peu des personnages car ils sont on ne peut plus importants. Nous savons dès le début que Catherine est vouée à devenir la Reine de Cœur froide et cruelle que nous connaissons tous et nous nous demandons bien pourquoi. Une jeune fille rêveuse et sympathique qui ne pense qu’à ouvrir la meilleure pâtisserie du royaume de cœur, il y a pire comme ambition ! Cath va ensuite rencontrer le beau, le mystérieux, le somptueux bouffon de la Cour de Cœur : Badin. Ahhh Badin… comment est-il possible de ne pas tomber un peu amoureuse de lui au fil des pages ? J’ai totalement adorer ce personnage et sa relation avec Catherine m’a beaucoup plu.

Encore une fois, cela m’amène à parler d’un autre point fort : la romance. L’histoire d’amour est le point central du livre qui amènera par la suite au drame auquel nous nous attendons pendant 600pages. Marissa Meyer a eu l’intelligence de prendre son temps (certains pourront peut-être trouver qu’elle en a trop pris mais je ne trouve pas) car si elle ne l’avait pas fait, toute la chute de l’histoire en aurait été affectée et nos sentiments n’auraient pas été assez forts. Je suis donc très heureuse que l’auteure soit arrivée à poser sa situation et a développer son histoire au fur et à mesure sans précipitation.

Bien entendu nous retrouvons des personnages cultes comme le Chapelier fou qui n’est pas encore fou. C’est un personnage un peu difficile à cerner mais je l’ai adoré, lui, et sa boutique. Le Roi de cœur est évidemment pitoyablement présent et le Lièvre de Mars aussi. Bref c’est un mélange de reprise de l’univers de Caroll et d’invention que nous livre Marissa Meyer. Et cela avec une plume que je ne cesse de louer. Heartless est comme un petit bonbon sur lequel il y aurait écrit « Mangez-moi ». A chaque page je me sentais totalement immergée dans ce monde et malgré le fait que je n’aime pas les tragédies, j’ai quand même énormément apprécier ce roman qui est un coup de cœur!

Je pourrais en parler encore des heures mais le Temps ne me le permettrait peut-être pas. Je dirais en bref qu’il s’agit d’un roman fabuleux qui nous plonge dans le Pays des merveilles avec brio et dans lequel j’ai laissé une petite partie de mon cœur. Lisez-le ou la Reine vous coupera assurément la tête !

Note 10/10

coup de coeur

Publié dans Conte revisité, Coup de coeur, Dernières lectures, Jeunesse, Romance, Science-fiction

Les chroniques lunaires, Tome 4- Winter

les-chroniques-lunaires,-tome-4---winter-724891-250-400Auteur: Marissa Meyer

Edition: Pocket Jeunesse

Genre: Conte revisité, science-fiction, romance, young adult

Parution: 2016

Pages: 983

Description: La princesse Winter est admirée par les Lunaires pour sa grâce et sa bonté, et malgré les cicatrices sur son visage, sa beauté à couper le souffle surpasse celle de sa belle-mère, la reine Levana.

Winter méprise sa belle-mère et sait que Levana n’approuvera pas ses sentiments envers son ami d’enfance -et beau garde du palais- Jacin Clay. Mais Winter n’est pas aussi faible que Levana le croit et elle se moque bien des souhaits de sa belle-mère depuis des années. Ensemble, avec la mécanicienne Cyborg Cinder et ses compagnons, Winter pourrait bien avoir le pouvoir de lancer une révolution et de gagner une guerre qui fait rage depuis trop longtemps.

Cinder, Scarlet, Cress et Winter pourront-elles vaincre Levana et avoir une fin heureuse ?

Lire la chronique des 3 premiers tomes (+3.5)

Je suis à la fois très heureuse et un peu triste d’écrire cette chronique. Très heureuse car j’ai passé un moment merveilleux à lire ce roman et triste car il s’agît du dernier tome de la saga… Au début je pensais que j’allais le dévorer en un week-end mais finalement j’ai voulu prendre mon temps pour pouvoir le savourer autant que possible.

Comme pour tous les tomes, nous commençons par des chapitres intégralement axés sur le personnage présenté en titre et en couverture – couverture tout simplement sublimissime- c’est à dire Winter. Nous découvrons une Blanche-Neige torturée et en pleine folie depuis des années car elle refuse d’utiliser son magnétisme afin de ne pas ressembler à la cruelle Levana. Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est qu’il y a vraiment des scènes typiques du conte qui y sont reprises de manière très reconnaissable (le chasseur qui ne peut pas se résoudre à tuer la princesse ou encore le moment où la vieille sorcière l’empoisonne avec une pomme, par exemple) mais pourtant très bien adaptées à cette histoire.

Puis, évidemment nous retrouvons tous nos personnages comme ils étaient à la fin du tome 3. Et au fur et à mesure des pages, la révolution va se mettre en place, d’abord doucement puis de plus en plus intensément pour une bataille finale juste sublime. Pendant la révolution, et même avant, il y a des tas de rebondissements qui nous laissent dans l’impossibilité de savoir si les rebelles vont gagner ou non ou si certains personnages vont finir par mourir, j’étais vraiment stressée dans les 200 dernières pages!

Les chapitres s’enchaînent avec les points de vues des différents personnages qui finissent par s’entrecroiser et faire avancer l’histoire, le tout avec un suspens intense. Une partie que j’ai vraiment adoré est celui du vrai suivi des histoires d’amour: Kai/Cinder, Thorne/Cress, Loup/Scarlet et Jacin/Winter. Chacune de ces histoires évoluent à son rythme et à sa manière, j’ai vraiment été plus que charmée. Je suis assez impressionnée par la manière dont on s’attache à tous les personnages, je ne saurais même pas dire quel est mon préféré tellement leurs personnalités se complètent. Ils finissent tous par devenir indispensable avec Thorne le clown, Cress la douce, Scarlet et Cinder les femmes fortes et courageuses, Loup l’invincible, Iko l’androïde presque humaine, et Winter la princesse folle mais adorée par tous.

Je pourrais en parler pendant des heures mais je veux essayer de ne pas trop spoiler (ce qui est vraiment difficile). Sachez seulement que j’ai aimé ce roman et cette saga d’un bout à l’autre, que j’aime cette réécriture de conte plongée en pleine science-fiction, ces romances qui font rêver, ce combat acharné pour libérer toute une planète et cette fin digne des plus beaux contes de fées. Un énorme coup de cœur que je conseille à tous et que je relirais, j’en suis sûre, avec le même plaisir et les mêmes frissons…

Note :10/10

coup de coeur

Publié dans Conte revisité, Dernières lectures, Fantastique / Fantasy, Romance

Belle

Auteur: Robin McKinleybelle-597124-250-400

Edition: Pocket

Genre: conte revisité, romance, fantastique

Parution: 2015 (poche France)

Pages: 246

Description: Belle était loin d’être aussi jolie que ses soeurs. A quoi bon ? Aux soirées mondaines, aux robes somptueuses, elle préférait les chevaux et les auteurs anciens. Quand son père se trouva ruiné, elle en fût réduite à aller avec sa famille habiter une pauvre maison, dans un village perdu au fond des bois. Les hommes se firent forgeron et menuisier, retrouvant le goût et le talent des choses simples. Belle et ses deux soeurs s’occupèrent des tâches domestiques. Ils auraient pu tous vivre ainsi, heureux d’une existence différente, loin du luxe et des lumières de la ville. Mais le destin s’acharna encore et, lorsqu’elle dut se sacrifier, elle le fit avec grâce et courage.
Dans un château magique, entourée de serviteurs impalpables, elle affronta le monstre et sa question sans cesse répétée : « Belle, voulez-vous… ? »
Ceci est son histoire… une histoire d’amour et de rêve.

Enfin j’ai réussi à trouver le temps de le lire, et du temps il ne m’en a pas fallu beaucoup pour le finir ! La Belle et la Bête est de loin mon conte préféré, alors quand je vois une réécriture je ne peux m’empêcher de la lire. Le début est très axé sur la famille de Belle (dont le vrai prénom est ici Honneur), nous les voyons d’abord à l’apogée de leur fortune puis nous voyons comment ils ont tout perdu et donc le début de leur vie à la campagne. Cette partie prend quand même un bon morceau du livre, peut-être un quart je dirais, à peu près. Nous avons donc le temps de bien connaître Belle, ses soeurs et son père… et Grandcoeur bien sûr, ne l’oublions pas.

Puis arrive ce fameux moment, la Bête rencontre le père qui lui a volé une rose, et lui ordonne de lui envoyer une de ses filles s’il ne veut pas mourir. Bien entendu Belle se dévoue et va arriver dans un château enchanté aux milles richesses et beautés. Le plus important pour moi dans ce conte est de ressentir clairement le rapprochement entre la Belle et la Bête et surtout comprendre la naissance des sentiments de Belle car -il faut le dire- c’est tout de même une bête hideuse à faire peur, bon sang ! Cela je l’ai eu, et j’en suis vraiment contente !! Arrive ensuite le moment du départ provisioire de Belle ainsi que son retour et enfin la transformation.

Le conte est donc bien respecté, la réécriture est tout à fait fidèle à l’histoire. J’ai trouvé le personnage de la Bête très bien réalisé, j’ai vraiment ressenti son désarroi et sa douleur même s’il aurait pu être encore plus de mauvais poil -sans mauvais jeu de mot- à mon goût (en y repensant je trouve que la Bête de Disney fait plus peur que celle du livre). Belle est quant à elle un peu différente par rapport à celle que j’imagine mais elle est quand même très reconnaissable.

J’avais lu des avis dans lesquels la fin était critiquée par rapport au fait qu’elle était trop rapide. Alors certes, la tranformation ne prend qu’un paragraphe et certes une petite description du mariage n’aurait pas été du luxe mais moi, la longueur ne m’a pas dérangé plus que ça. C’est juste qu’il y a un point qui reste très obscure: combien de temps s’est-il passé entre la déclaration de Belle et la transformation de la Bête? Je croyais que cela avait pris seulement quelques secondes mais la Bête déclare qu’il lui a fallu dix mois pour réapprendre à marcher et d’un seul coup la famille et tout le village sont présents tout apprétés… Donc, je n’ai juste pas trop compris ce point. Et dernière chose, j’aurais bien aimé savoir quel prénom Belle donne à la Bête, dommage.

En bref, une très bonne réécriture du conte. On a beau connaître l’histoire, le roman nous emporte dans ce royaume enchanté plein de roses immortelles et d’une Bête pas si effrayante que ça. Une très belle histoire d’amour éternelle…

Note: 8,5/10

Publié dans Conte revisité, Dernières lectures, Romance

Il était une fois T5: La jeune fille à la tour

Auteur: Eloisa James10286810

Edition: J’ai lu

Collection: Aventures et passions

Genre: conte revisité, romance

Parution: 2014

Pages: 410

Description: De passage à Londres, le duc de Kinross succombe au charme de la ravissante Edith Gilchrist. Parée de toutes les qualités nécessaires à une épouse, elle joue en prime divinement bien du violoncelle. Quelques baisers volés leur promettent déjà mille délices. Pourquoi faire traîner les fiançailles ? Le mariage est rondement célébré. Mais, contre toute attente, la nuit de noces se passe mal. La jeune femme s’isole dans la plus haute chambre du château de Craigievar. Et Gowan se retrouve face à un sacré défi : conquérir le coeur et le corps de la Belle de la Tour… sa duchesse

Je vais le dire de manière directe: le titre et la quatrième de couverture ne reflètent pas l’histoire, ou très peu. Certes, la romance débute très vite et les fiançailles sont écourtées mais la nuit de noce en soi n’est pas en lien directe avec l’isolement d’Edie dans la tour, isolement qui n’arrive qu’à la page 350!! Et je vous rappelle qu’il y a 410 pages, ce qui nous laisse moins de 60 pages pour la reconquête alors que je pensais que cette partie serait l’hitoire principale. Donc extrêment décue de cette partie là car je ne faisais que d’attendre ce moment pendant plus de la moitié du livre.

Si l’on s’arrête sur l’histoire en elle-même je la trouve pas mal, mais je me demande bien comment Eloisa James a pu faire le lien avec Raiponce. Edie est plus connue pour le violoncelle que pour ses cheveux et à part l’histoire de la tour -qui arrive tard – absolument rien n’est tiré de Raiponce!!D’après moi, il y a même plus de références à Roméo et Juliette. Pendant le stade « avant-fiançailles » j’ai trouvé quelques longueurs et le moment que j’ai vraiment le plus apprécié, ce sont les 60 dernières pages de reconquête…

En bref, un titre qui ne correspond pas à l’histoire de fond, des longueurs mais cependant une fin très émouvante et un style d’écriture qui reste quand même agréable à lire. J’aurais voulu mieux pour le tome de clôture. Mes favoris restent les deux premiers tomes.

Note: 5,5/10

Publié dans Conte revisité, Dernières lectures, Romance

Il était une fois T4: Une si vilaine duchesse

Auteur: Eloisa Jamesune_si10

Edition: J’ai lu

Collection: Aventures et passions

Genre: conte revisité, romance

Parution: 2013

Pages: 371

Description: – Vous êtes fou, père ! Theodora est comme ma soeur !

– Peu importe. Tu l’épouseras.

Suite à de mauvais placements, le duc d’Ashbrook a « emprunté » sur la dot de sa filleule des fonds qu’il est incapable de rembourser. Il encourt la prison, à moins que son fils n’épouse ce laideron. James est bien obligé de se soumettre et découvre chez sa jeune épouse une sensualité inattendue. Mais Theodora apprend les véritables raisons de leur union et le chasse. Sept ans plus tard, James revient et réalise avec stupeur que le vilain petit canard s’est transformé en cygne.

Ce roman se déroule en trois temps. Le premier est la partie intitulée « Avant », Théo et James (deux meilleurs amis) sont jeunes et ne sont pas encore mariés, Théo se trouve laide et ne cesse de rêver du jour où elle pourra enfin porter ce qui lui plait. Un jour, le père de James annonce à ce dernier qu’il a ruiné le duché et qu’il a été jusqu’à prendre de l’argent dans la dote de Théo! James n’a donc d’autre choix que d’épouser celle qu’il considère comme sa soeur. Malheureusement tout s’écroule lorsque Théo comprend la supercherie. Cette partie de l’histoire a été ma préférée, j’ai vraiment réussi à comprendre les sentiments de tous les personnages et j’ai trouvé l’écriture vraiment fluide.

Puis arrive la partie « Après », Théo doit s’occuper de redresser le dûché et James se lance dans la piraterie. Au début la partie était agréable mais je l’ai trouvé un peu longue surtout à partir du moment où elle envoie les détectives et qu’elle se demande si elle veut le déclarer mort ou non. Puis arrive le troisième temps, James revient contre toute attente et c’est toute la partie disons… reconquête de l’amour avec les deux personnages qui ont changé autant physiquement que moralement. C’est à partir de là que l’histoire reprend un peu d’attrait.

Dans les premières pages j’ai cru que ce tome allait être mon préféré de la série mais malheureusement, l’histoire s’est un peu éssouflée en cours de route, ce qui ne m’a bien entendu par empêché de l’apprécier! L’appui sur le conte est très basique, mais en même temps, je ne pense pas que l’histoire aurait pu être plus appronfondie par rapport à cela vu le contexte dans lequel nous plonge l’auteur.

En bref, un bon départ et une histoire sympathique avec comme dans chaque tome,  un happy-end.

Note: 6,5/10