Sorcières associées

sorcieres-associees-883890-264-432Auteur: Alex Evans

Edition: ActuSF

Genre: Steampunk, policier

Parution: 2015

Pages: 270

Description: Envoûtement de vampire, sabotage de zombies et invasion de gremlins font partie du quotidien du cabinet Amrithar et Murali, sorcières associées. Dans la cité plusieurs fois millénaire de Jarta, où la magie refait surface à tous les coins de rues, les maisons closes sont tenues par des succubes et les cimetières grouillent de goules, ce n’est pas le travail qui manque! Mais tous vous le diront: les créatures de l’ombre ne sont pas les plus dangereuses?

Je vous présente aujourd’hui mon avis sur Sorcières associées. Je suis tombée dessus par hasard en librairie et j’ai flashé sur cette très jolie couverture. Alors, sans en avoir jamais entendu parler, j’ai décidé de l’acheter quand même car la quatrième de couverture m’a intriguée. Malheureusement, je n’ai pas été convaincue par cette lecture

L’histoire est écrite à deux voix, deux sorcières associées avec des personnalités très différentes: Tanit, ancienne espionne et maintenant sorcière rebelle qui court après l’argent et Padmé (j’adore ce prénom!) maman beaucoup plus sage et réfléchie, chirurgienne bénévole et anonyme à ses heures. Elles ont monté un cabinet à Jarta, ville avec assez peu de lois, pour aider les humains ayant des problèmes avec des créatures magiques ou des malédictions. Jusque là, ça va à peu près. Tout se complique quand l’auteur nous parle de différents pays, différents personnages avec des nationalités diverses qui ne sont jamais vraiment définies. De plus, il n’y a pas de carte au début du roman pour nous aider à nous repérer. Donc pendant tout le long du livre j’ai essayé de comprendre à quoi pouvaient bien ressembler les personnages, s’ils avaient ou non des caractéristiques physiques particulières. Et à tout cela s’ajoutaient les rivalités suite aux trois guerres qui se sont déroulées dans cet univers. Autant vous dire que j’étais plutôt perdue…

En plus de cela, j’ai trouvé que ça n’était pas vraiment le côté fantastique qui primait dans l’histoire – bien qu’il soit très présent- mais le côté « policier », j’entends par là que l’intrigue va tourner autour de deux enquêtes qu’il va falloir résoudre. Malheureusement ce n’est pas vraiment ce que j’apprécie dans un livre et comme je n’ai pas réussi à m’attacher et même à réellement identifier certains personnages j’étais vraiment un peu à côté de la plaque la plupart du temps… Ce n’est pas que l’auteur écrit mal parce qu’en soit le livre reste agréable à lire, mais je n’ai vraiment pas réussi à accrocher à cause de la complexité des personnages, de leurs liens et de leurs nationalités et professions plus ou moins mystiques.

Donc finalement je suis plutôt contente de passer à autre chose car cette lecture ne m’a pas vraiment séduite. 

Note : 4/10

Le pensionnat de Mlle Géraldine T4- Artifices & Arbalètes

le-pensionnat-de-mlle-geraldine,-tome-4---artifices---arbaletes-781819Auteur: Gail Carriger

Edition: Orbit

Genre: Steampunk, young adult

Parution: 2016

Pages: 375

Description: Apprendre l’art de l’espionnage au sein de l’école volante de Mlle Géraldine est devenu fastidieux pour Sophronia, privée de la présence de Savon à ses côtés. Elle préférerait utiliser ses talents pour contrarier les plans des Vinaigriers, mais ses maints avertissements au sujet des lâches intentions de ces derniers sont encore et toujours ignorés et Sophronia ne sait plus à qui se fier. Quelles informations détient le bourru dewan de Sa Majesté ? Dans quel camp se place l’élégant vampire Lord Akeldama ? Une seule chose est certaine : un complot d’envergure se trame, et Sophronia doit se préparer à sauver ses amis, son école et Londres tout entier du désastre à venir – sans jamais se départir de son spectaculaire raffinement, bien évidemment.

Lire les chroniques du tome 1, tome 2, tome 3

Et voilà le tome de conclusion de cette saga. Cela me fait plaisir de connaître le fin mot de cette histoire même si lors de la lecture de l’épilogue j’ai eu un petit pincement au cœur en pensant que je ne recroiserait plus tous ces personnages… Ce tome nous encre dans une vrai continuité et permet de nous amener à une conclusion qui permet de nous rendre compte de toute l’évolution de Sophronia et de ses amies. L’univers reste tout en dentelle, en thé et en gadgets aussi sophistiqués que mortels. Le complot des vinaigriers va se préciser et l’action va se dérouler la plupart du temps dans le dirigeable de l’école.

Une chose qui m’a manqué ce tome ci, c’est Savon. Etant donné qu’il n’est plus soutier, nous avons moins l’occasion de le croiser. Cependant sa transformation en loup-garou l’a rendu plus sexy et audacieux envers Sophronia, ce que j’ai adoré! Il apparaît dans moins de scènes mais les moments où il est présent sont tout simplement mes préférés! En revanche, j’ai été déçue que le personnage de Sidheag se soit complètement volatilisé. Je pensais que nous aurions de ses nouvelles mais hormis une lettre au début (il me semble), nous n’avons rien du tout.

Pour donner clairement mon avis, j’ai trouvé ce tome vraiment très agréable, surtout qu’il débute par un bal: j’étais aux anges! Le livre n’est plus axé sur les cours mais cela ne dérange pas car il s’agit de la dernière année des filles. Nous avons des révélations dignes du grand espionnage à propos de deux personnages en particulier. Mais même si le livre m’a vraiment plu, je n’ai pas ressentit l’intensité, l’urgence, l’addictivité que j’avais pu ressentir lors de la lecture du troisième tome qui restera définitivement mon préféré autant sur la couverture que sur le contenu.

Par rapport à la série de manière générale. Je vous la conseille, bien évidemment, moi j’ai vraiment adoré cet univers dans lequel je me replongerai grâce à la série Le protectorat de l’ombrelle. Faites toutefois attention, le tome 1 est par moi, comme par beaucoup de lecteurs, décrit comme étant le plus mauvais. Donc ne vous arrêtez pas là, il faut continuer car la suite est vraiment bien et est à son apogée au tome 3. Mélange d’espionnage, de belles robes, d’étiquette et d’apprentissage sur les différentes manières de tuer, cette saga steampunk est très chouette!

Note: 8/10

Le pensionnat de Mlle Géraldine T3 – Jupons & Poisons

Auteur: Gail Carrigerle-pensionnat-de-mlle-geraldine,-tome-3---jupons-et-poisons-599577

Edition: Orbit

Genre: Steampunk, young adult

Parution: 2014

Pages: 360

Description: Sophronia, toujours aussi élégante et pleine d’une saine curiosité, continue sa deuxième année au pensionnat – avec un éventail à lames en acier dissimulé dans les plis de sa robe de bal, bien évidemment. Une arme tendance et fort à propos, puisque la jeune espionne, sa meilleure amie Dimity, l’adorable soutier Savon et le charmant Lord Felix Mersey montent clandestinement dans un train en direction de l’Écosse pour ramener leur camarade de classe Sidheag à sa meute de loups-garous. Personne ne se doute de ce qu’ils vont trouver – ou qui – à bord de ce train étrangement vide. Alors que Sophronia met à jour un complot susceptible de plonger Londres tout entière dans le chaos, elle va aussi devoir décider une bonne fois pour toutes vers qui va sa loyauté.

Je voudrais, pour commencer, que vous admiriez cette sublime couverture, sans doute la plus belle des trois tomes de la série (dont vous pouvez consulter les chroniques ici)! Décidémment, je crois que je me suis découvert une passion pour le steampunk, à confirmer quand je lirais d’autres livres ou d’autres séries du style, le prochain sera Victorian Fantasy. J’ai beaucoup aimé ce tome. J’aime tellement les personnages qu’a créé Gail Carriger, j’ai l’impression de tous les connaître personnellement tellement j’arrive à cerner leurs personnalités!

Sidheag est un peu plus présente dans ce tome car le problème tourne autour de la meute de Kingair. D’ailleurs la jeune fille tombe amoureuse (qui l’eu cru?) mais je ne vous dévoile pas l’heureux élu. Sophronia pendant ce tome ci continue son hésitation entre le très charmant Felix et le sexy mais soutier Savon. Cependant son choix est arrêté dans les dernières pages suite à plusieurs évènements (même moi j’aurais eu une hésitation quand même si j’avais dû choisir).

Dans tous les cas, cet opus est plein d’aventures, de sentiments et d’humour et la fin m’avait un peu laissée perplexe car je pensais être en face d’une trilogie, mais non! Il y aura heureusement et pour notre plus grand plaisir un quatrième tome dont la date de sortie n’est toujours pas annoncée (ça c’est le côté malheureux de la chose…). Et cette suite s’annonce mouvementée! Enfin, contre tout attente, j’ai quand même envie de mettre un coup de coeur pour ce tome ci. J’aurais pû le faire depuis le premier tome mais malheureusement je ne l’avais pas aimé donc ça sera à partir du tome 3!

Note: 9/10

coup de coeur

Le pensionnat de Mlle Géraldine T2 – Corsets et complots

Auteur: Gail Carrigerle-pensionnat-de-mlle-geraldine,-tome-2---corsets---complots-513569-250-400

Edition: Orbit

Genre: Steampunk, jeunesse

Parution: 2014

Pages: 355

Description: Certaines choses ne changent pas au pensionnat de Mlle Geraldine : Monique est toujours aussi pimbeche, les cours toujours aussi mortels et les vampires, les loups-garous et les humains brûlent de s’entretuer. Cette deuxième année s’annonce donc bien remplie pour Sophronia : alors que son école volante se dirige vers Londres pour un mystérieux voyage scolaire, elle doit réussir ses examens, remplir son carnet de bal, perfectionner son art de l’espionnage et découvrir qui se cache derrière un dangereux complot visant à contrôler le fameux prototype susceptible de révolutionner le transport aérien surnaturel.
Et voilà que les professeurs du pensionnat commettent l’impensable : ils laissent monter à bord rien moins que des garçons !

Je me suis attaquée à ce tome 2 après une soudaine et mystérieuse envie de retrouver cet univers. Et peut-être que le premier tome m’a permis d’entrer dans ce monde étrange qu’est le steampunk mais j’ai remarqué que j’ai réussi à rentrer dans l’histoire beaucoup plus vite! En effet, je connaissais les personnages (qui m’avaient manqué d’ailleurs!), dans ce tome nous rentrons directement dans l’action et je n’ai pas eu besoin de m’habituer au genre cette fois-ci.

J’avais reproché au premier tome (voir la chronique ici!) de ne pas assez faire part du déroulement des cours, il y en a plus dans celui-ci, ce que j’ai bien apprécié! J’avais également trouvé qu’il n’y avait pas une assez grande histoire d’amour, seulement un léger flirt. Ici, le flirt en question, avec Savon, s’intensifie et est tout à fait inconvenant à l’étiquette, et si l’on met Lord Mersey dans ce bazard aie, aie, aie !! Il y a également des découvertes par rapport à Monique et au professeur vampire. Bref, ce tome est meilleur que le premier, ce qui est peu commun: en général, si je compare avec les autres séries que j’ai pu lire, le tome deux est souvent moins bien.

Je me demande bien ce que va raconter le troisième tome! Et une dernière chose: mention spéciale à toutes les couvertures que je trouve vraiment de « qua-li-teille » 😉

Note: 7,5/10

Le Pensionnat de Mlle Géraldine T1 – Etiquette et espionnage

Auteur: Gail Carrigerle-pensionnat-de-mlle-geraldine,-tome-1----tiquette---espionnage-410965-250-400

Edition: Orbit

Genre: Steampunk, young adult

Parution: 2014

Pages: 354

Description: Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Mlle Géraldine pour le perfectionnement des jeunes dames de qualité.

Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr. Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.

Voilà une toute première pour moi, une lecture steampunk. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce style est défini par une action se déroulant au XIXème siècle, dans l’atmosphère de la société industrielle. Cela a été assez difficile pour moi au début car il y a beaucoup de personnages mécaniques comme des robots domestiques et j’ai parfois eu du mal à élaborer les images dans mon esprit ce qui m’a empêché d’entrer complètement dans l’histoire au début. Le contexte du livre est vraiment très original avec ces histoires de vampires et de loups-garous plus ou moins tolérés dans la société.

Pour moi le point fort du livre est son originalité autant sur l’histoire que sur les décors et les prénoms des personnages. Cependant, j’ai été plutôt déçue pour une raison très simple: j’attendais de cette lecture un vrai développement sur les cours de maintien, d’espionnage, de poison etc. or il s’avère que tout cela n’est que survolé. A aucun moment nous avons le descriptif complet d’un cours, et cela m’a vraiment frustré, l’auteur n’est pas allé jusqu’au bout de ses idées. Au lieu de cela, l’histoire tourne surtout autour du prototype dissimulé par Monique. De plus, il manquait une vraie histoire d’amour, le flirt entre Savon et Sophronia n’était que très léger.

Autre point fort de ce roman, les personnages. Au fur et à mesure j’ai vraiment senti que je m’attachais à tout ce petit monde. Chacun possède vraiment sa propre personnalité.

Note: 5,5/10